Une ancienne employée de banque soupçonnée d'avoir soutiré près de trois millions d'euros à des dizaines de victimes dans le cadre d'une escroquerie « à la Madoff » dans une petite ville du centre de la France, a été inculpée mardi pour abus de confiance, selon une source judiciaire.

Comparée par la presse locale à l'escroc new-yorkais Bernard Madoff, Sylviane Hamon, a été interpellée lundi à son domicile à Benais, une petite commune de 900 habitants dont elle a été conseillère municipale. Son mari, soupçonné de complicité, a également été arrêté.

Mme Hamon a été mise en examen (inculpée) pour abus de confiance et pratique illégale de la profession de banquier. Le parquet a requis son placement en détention provisoire.

Plainte d'une trentaine de personnes

Une trentaine de personnes ont déjà porté plainte contre cette femme âgée d'une cinquantaine d'années, ancienne employée de banque, soupçonnée d'avoir fait miroiter depuis plusieurs années des placements juteux, rapportant jusqu'à 30%, à des personnes qui lui faisaient confiance.

Elle affirmait travailler pour le compte d'une société de crédit et promettait des rendements mirobolants grâce à ses contacts dans le milieu bancaire. Selon le schéma bien connu des escroqueries pyramidales, les intérêts versés aux premiers « investisseurs » étaient payés par les capitaux investis par les nouveaux arrivants.

Jusqu'à 160 € offerts en comparant les meilleures banques en ligne

Le montant précis des détournements n'a pas été divulgué. Selon l'Association d'aide aux victimes d'infractions pénales (Adavip) les sommes vont de quelques centaines d'euros à plusieurs centaines de milliers d'euros par victime. L'ex-banquière ciblait des amis, des voisins, et même des membres de sa propre famille ou belle-famille, a révélé l'enquête des gendarmes. Suite à la médiatisation de l'affaire, les enquêteurs estiment que d'autres victimes pourraient se manifester.