L'intervention de la France en faveur de la banque franco-belge Dexia, victime de la crise de la zone euro, ne menace pas la note souveraine "AAA" du pays, la meilleure possible pour un Etat, a affirmé mercredi Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France.

Interrogé sur Europe 1, M. Noyer a jugé « excessif et inexact » de dire que les garanties apportées par l'Etat français, aux côtés de l'Etat belge, à la banque Dexia, engagée dans un processus de démantèlement, pourrait le conduire à perdre sa note « AAA ». Le patron de la Banque de France réagissait aux propos de Laurent Fabius sur la même antenne. L'ancien Premier ministre socialiste a jugé « très inquiétant » le dossier Dexia, estimant que « si on se met ça sur le dos, ça veut dire que notre triple A ne va pas être conforté ».

« Je trouve ces propos très excessifs et à vrai dire assez inexacts. Les Etats eux-mêmes ne vont pas garantir davantage que ce qu'ils ont garanti il y a quelques années », a fait valoir le gouverneur. « Les Etats belges et français vont mettre beaucoup moins d'argent dans cette opération que les Anglais n'ont mis sur Royal Bank of Scotland ou Barclays », a-t-il ajouté.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Le ministre de l'Economie François Baroin a déclaré de son côté sur RTL que l'intervention de l'Etat français en faveur de Dexia « n'alourdira pas la dette de l'Etat français puisque, selon Eurostat, les garanties aux établissements financiers ne sont pas intégrés dans la dette publique ».