Selon Pierre Mariani, l'administrateur délégué de la banque franco-belge Dexia, le mouvement massif de désendettement et de réduction de la taille des bilans des banques, actuellement en cours, est de nature à entraîner un resserrement du crédit en Europe.

« Tout est en place pour organiser massivement une contraction du crédit », a affirmé Pierre Mariani lors d'une rencontre avec les journalistes organisée par l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef). La perspective de l'entrée en vigueur du nouveau cadre réglementaire dit Bâle III et les tensions actuelles sur le financement à court terme des banques incitent les établissements à contrôler strictement et le plus souvent à réduire la taille de leur bilan. Cela ne peut se faire que par des cessions d'actifs ou une réduction des engagements, c'est-à-dire des crédits.

« Tout le monde deleverage (réduit ses engagements), tout le monde réduit son bilan », a-t-il expliqué, citant en exemple les annonces faites en début de semaine par les banques françaises Société Générale et BNP Paribas. « Je pense qu'il va falloir arrêter ce mouvement de deleverage », car « on est en train de toucher le moment où cela va avoir des conséquences macroéconomiques tout à fait significatives », a-t-il ajouté.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Pour lui, « la menace n'est pas dans la dette souveraine, elle est dans la contraction du financement apporté aux agents économique par le système financier européen ».