Le tribunal de commerce de Quimper a placé lundi en liquidation judiciaire onze coopératives de croissance du Finistère à la suite de la mise en examen pour abus de confiance de leur créateur, Jean-Jacques Defaix.

Le tribunal a indiqué avoir constaté la cessation de paiement de onze « coopératives des petites entreprises », qui sont « dans l'incapacité totale de faire face à leur passif exigible ». Parmi elles, la Coopérative des petites entreprises de Quimper accumule un passif de plus de 3 millions d'euros.

Mardi, le tribunal de grande instance de Quimper a prononcé la liquidation de l'Association des petites entreprises (ACPE), présidée par Jean-Jacques Defaix, qui regroupait 17 coopératives. Le tribunal de commerce de Quimper s'est déclaré incompétent concernant les six coopératives officiant en dehors du Finistère.

« Il présidait par ailleurs l'Association d'aide contre les abus bancaires (AACAB) »

L'ACPE, destinée en principe à aider les entreprises à la recherche de crédits, dans le cadre d'un système de financement coopératif, promettait une rémunération de 3 à 6% des fonds rassemblés par les coopératives qui réunissaient chacune 99 épargnants maximum. Ce système avait été créé en 2008 par Jean-Jacques Defaix, un électronicien retraité, qui nourrissait un fort ressentiment vis-à-vis des banques après avoir dû liquider son activité d'aviculture dans le Finistère.

Prêt travaux : les crédits les moins chers pour votre maison

M. Defaix a été mis en examen en novembre devant la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Rennes pour « abus de biens sociaux, abus de confiance et escroquerie en bande organisée ». Il présidait par ailleurs l'Association d'aide contre les abus bancaires (AACAB), qu'il avait créée en 2002 et qui a également été mise en liquidation judiciaire mardi dernier.