La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a refusé jeudi de commenter le plan d'économies du gouvernement pour l'assurance maladie dévoilé par les Echos, affirmant qu'il s'agit de "pistes de travail", qui seront arbitrées et présentées "dans les prochains jours".

Dans son édition de jeudi, les Echos dévoile les grandes lignes du plan en voie de finalisation, qui représente un effort de 2,5 milliards d'euros d'économies pour 2011.

En marge d'un congrès sur l'hôpital public à Lille, Roselyne Bachelot n'a pas souhaité confirmer les informations publiées par le quotidien économique : « Je n'en dévoilerai rien. Les Echos évoquent des pistes de travail qui ne sont absolument pas arbitrées et que le gouvernement présentera dans les prochains jours », a déclaré la ministre. « Je commenterai évidemment le PLFSS (Projet de loi de financement de la Sécurité sociale ndlr) et les pistes du PLFSS quand celles-ci auront été officiellement arbitrées », a-t-elle insisté.

Réduction des taux de remboursement

Parmi les mesures touchant les assurés, selon le quotidien, figureraient la réduction des taux de remboursement pour certains médicaments, les consultations de médecins ou encore certains frais d'hospitalisation. Selon Les Echos, la plupart des malades ne seront pas touchés au portefeuille car les mutuelles devraient chaque fois prendre en charge la différence. Le plan devrait surtout affecter les laboratoires pharmaceutiques, assurent Les Echos.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Du côté des recettes attendues, les entreprises pourraient avoir à cotiser 400 millions de plus au titre des accidents du travail. Le déficit de la Sécurité sociale serait légèrement réduit en 2011, à un peu plus de 23 milliards d'euros, selon le quotidien.