Le nombre de ventes de logements anciens en Ile-de-France a augmenté d'un tiers pour les trois mois de novembre 2009 à janvier 2010 par rapport à la même période un an plus tôt, a annoncé mardi la Chambre des notaires d'Ile-de-France.

Le nombre de transactions (26.200) est en hausse de 34% par rapport à la période novembre 2008 à janvier 2009 (19.500 ventes), indique le communiqué.

Mais, soulignent les notaires, "cette hausse importante doit être relativisée. En effet, la comparaison est effectuée par rapport aux mois pendant lesquels s'était manifestée de manière marquée la crise de confiance des ménages résultant de la situation économique de l'automne 2008".

Toutefois la reprise constatée en fin d'année 2009 s'est confirmée en janvier 2010. Sur ce seul mois le nombre de transactions est supérieur de l'ordre de 50% à celui de janvier 2009 et se situe a un niveau proche de celui enregistré au cours des mois de janvier des années 2005 à 2008.

Pour l'ensemble de la région francilienne, la baisse des prix (tous logements anciens confondus) n'est plus que de 3,8 % en rythme annuel.

Toutefois, sur les 3 derniers mois glissants observés (novembre et décembre 2009 et janvier 2010 par rapport à la période comprise entre octobre et décembre 2010) le prix moyen des appartements est en hausse (+1,8%) alors que celui des maisons reste en baisse de 0,7%.

La hausse des prix est la sixième mensuelle consécutive après 9 mois de baisse.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 10 contrats comparés

Sur un an, l'évolution des prix marché est toutefois contrastée selon les zones géographiques : Paris (-2,0 % en janvier 2010 contre -4,2 % en décembre 2009), Petite Couronne (-4,4 % contre -5,9 %), Grande Couronne (-4,7 % contre -6,5 %).

Les prix constatés lors des 3 derniers mois sont équivalents a ceux constatés en mars 2006 pour les maisons et aux prix enregistrés en août 2007 pour les appartements et restent donc élevés en valeur absolue, soulignent les notaires.

Le marché reste caractérisé par la penurie d'offre de biens à vendre, ce qui explique, selon les notaires, les tensions sur les prix.