Gros accident pour la majorité : l'Assemblée nationale a voté mardi, contre l'avis du gouvernement, une revalorisation supplémentaire de 500 millions d'euros pour les pensions de retraite, dans le cadre de l'examen du projet de budget rectifié pour 2022.

Le vote de cet amendement du groupe indépendant LIOT a été acquis par 186 voix contre 181, la gauche célébrant aussitôt une « belle victoire » et les députés RN une « bouffée d'oxygène » pour les retraités. Le Sénat, dominé par la droite, pourrait toutefois revenir sur ce vote.

L'amendement prévoit une revalorisation des pensions prenant en compte le niveau réel de l'inflation, soit pour 2022 à 5,5%, alors que le gouvernement a proposé une revalorisation cumulée à 5,1% (1,1% en janvier puis 4% en juillet).

Quasiment tous les députés d'opposition ont voté pour, seul le groupe LR se partageant entre pour, contre et abstention, tandis que la majorité a fait bloc pour s'y opposer, en vain.

Promesse de revalorisation en 2023

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a tenté de déminer le sujet, en assurant qu'au regard de l'inflation galopante, « il y aura très probablement une autre revalorisation des retraites en janvier 2023 ».

L'examen depuis vendredi par l'Assemblée du projet de budget rectifié est semé d'embûches pour la majorité. Lundi soir par exemple, 230 millions d'euros pour les foyers se chauffant au fioul ont été approuvés contre l'avis du gouvernement, qui privilégiait lui une aide de 50 millions d'euros.

Jusqu'à 130 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

Samedi, l'Assemblée a décidé d'allouer 120 millions aux départements qui versent le RSA en 2022, pour compenser intégralement la hausse de 4% de cette prestation programmée par l'Etat. La mesure a été obtenue par la conjonction des votes favorables de la gauche, du RN, des LR mais aussi des députés du groupe Horizons. C'est la première fois que ces alliés de la majorité marquaient leur différence.