La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde voit une « forte probabilité » que l'institution relève ses taux directeurs d'ici à la fin de l'année si l'inflation reste élevée, a-t-elle dit vendredi lors d'une interview sur la chaîne CNBC.

« Nous regardons les chiffres de l'inflation. (...) Si la situation perdure, comme on le pense aujourd'hui, il y a de fortes chances que les taux soient relevés d'ici la fin de l'année », a-t-elle souligné.

Les banques centrales dans le monde ont largement commencé à relever leurs taux directeurs, afin d'essayer de ralentir l'inflation qui a été exacerbée par la guerre en Ukraine. L'institution de Francfort s'y est jusqu'ici refusée et est sous pression pour elle aussi amorcer le mouvement.

La BCE veut toutefois avoir, au préalable, mis fin à son programme d'achat net de dettes, qui avait soutenu l'économie pendant la crise provoquée par le Covid-19. L'échéance de ce programme a été fixée au troisième trimestre, et Mme Lagarde a précisé vendredi qu'il y avait de « fortes chances » pour que cela soit fait « tôt » au troisième trimestre.

Jeudi, elle avait assuré que le moment dépendrait des indicateurs économiques, répondant au vice-président de l'institution Luis de Guindos, qui avait évoqué le mois de juillet. Dans la zone euro, l'inflation a atteint le record de 7,5% en mars, bien au-dessus de l'objectif de 2% visé par la BCE à moyen terme.

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 7 offres comparées

Dans la séquence prévue par la BCE, une hausse des taux -la première depuis 2011- est censée intervenir « quelque temps après » la fin des achats de dette.