Un décret gouvernemental publié ce vendredi exclut les détenus de l'accès à la plateforme spéciale à destination des oubliés de la prime inflation. Une précision qui fait écho à la polémique née des propos de l'élu LR Eric Ciotti sur le sujet.

« Des détenus ont touché l'indemnité de 100€ versée par l'État aux personnes touchant moins de 2 000€/mois, pour faire face à la hausse des prix de l'énergie et des carburants. On marche sur la tête !!! », fulmine le député Les Républicains Eric Ciotti, très engagé dans la campagne de Valérie Pécresse après l'avoir affrontée lors du congrès LR de décembre.

Le très droitier élu des Alpes-Maritimes fait référence au versement de la prime inflation à certains détenus, soulevé dans un communiqué de Force ouvrière pénitentiaire qui dénonce dans un communiqué une mesure « choquante et scandaleuse. (...) Le gouvernement nous montre qu'il ne recule décidément devant rien pour assurer le confort de nos pensionnaires. »

Selon l'adage que les ennemis de mes ennemis sont mes amis, Eric Ciotti a repris cette indignation à la tribune d'un meeting. Sollicité par 20Minutes, le ministère de la Justice confirme les faits et explique que les prisonniers en formation professionnelle y ont droit comme l'ensemble des stagiaires.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Preuve que le gouvernement est attentif aux polémiques à quelques semaines du premier tour de la présidentielle, un décret publié ce vendredi pour valider la mise en ligne d'une plateforme de demande pour les Français « oubliés » de la prime inflation de 100 euros, stipule qu'à ce nouveau service « ne sont pas éligibles les personnes sous main de justice écrouées et qui ne bénéficient pas d'un aménagement de peine. »