Malgré un contexte économique et sanitaire incertain, la Banque de France s'est risquée à publier ses prévisions pour les 3 prochaines années. Croissance, inflation, salaire... Voici ce qui vous attend à l'horizon 2022.

Alors que l'inflation atteignait 3,4% en novembre et que la virulence du variant Omicron a poussé le gouvernement à durcir les restrictions sanitaires, l'année 2022 semble bien floue. Toutefois, pas de quoi entamer l'optimisme de la Banque de France. L'institution anticipe une croissance exceptionnelle de 6,7% en 2021, avant un retour à 3,6% en 2022.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Nouvelle progression du pouvoir d'achat

Quel impact sur votre pouvoir d'achat ? Après avoir accéléré en 2021 malgré la flambée des prix de l'énergie, le pouvoir d'achat des Français devrait chuter de 0,5% au 1er semestre 2022, d'après les dernières estimations de l'Insee. La Banque de France, en revanche, anticipe quant à elle une nouvelle progression du pouvoir d'achat sur l'ensemble de l'année 2022 (+0,6%). La hausse sera toutefois moins marquée qu'en 2021 (+1,7%).

Les deux institutions reconnaissent cependant que l'inflation sera une variable déterminante au cours des mois à venir. Sur fond de pénuries de matières premières et de tensions sur le prix de l'énergie, l'inflation atteindrait son pic au quatrième trimestre 2021, avant de repasser sous la barre des 2% fin 2022, prévoit la Banque de France. « L'incertitude qui entoure notre prévision est élevée », reconnaît toutefois le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

Epargne : 7 placements pour vous protéger de l'inflation

Salaires en hausse

Face à ce regain d'inflation, la préservation de votre pouvoir d'achat dépendra avant tout de la capacité des salaires à suivre la hausse des prix. Là encore, tous les signaux sont au vert en 2022 selon la Banque de France. Au vu de « la bonne situation du marché du travail », l'institution prédit en effet « une nette progression des salaires sur la durée ».

Hors effets du chômage partiel, ils progresseraient à un rythme « proche de 4% en 2022. En 2023-2024, ils continueraient d'augmenter à un rythme soutenu, autour de 3%, supérieur à celui de la période 2012-2019 et proche de celui du début des années 2000 », selon les prévisions de la Banque de France. La hausse est déjà visible sur le SMIC, qui augmentera de 0,9% en janvier après avoir déjà bondi de 2,2% en octobre dernier.

Salaire : quelle augmentation devez-vous réclamer face aux 2,8% d'inflation ?

L'inflation en embuscade

La revalorisation des grilles de rémunération pourrait toutefois entretenir l'inflation. On parle alors de boucle d'inflation : face à la hausse des prix observée et anticipée, les salariés négocient une augmentation des salaires, que les entreprises répercutent ensuite sur les prix pour préserver leurs marges. Les salariés réclament alors une nouvelle hausse des salaires pour protéger leur pouvoir d'achat face à la montée des prix... Et ainsi de suite.

Une situation que la Banque de France souhaite éviter à tout prix : « Nous sommes (...) attentifs à ce qu'il n'y ait pas de spirale prix-salaires hors de contrôle », déclarait ainsi François Villeroy de Galhau lors d'une interview aux Echos. L'institution se veut toutefois rassurante : « étant donné les bons fondamentaux économiques, [le dynamisme des salaires] ne serait (...) pas de nature à dégrader les marges des entreprises, les gains de productivité limitant notamment les hausses de coûts salariaux unitaires ».