40% d’économies, voici la promesse alléchante de la nouvelle offre de la SNCF dédiée aux télétravailleurs. Mais elle comporte certaines limites.

C’est l’une des principales nouveautés tarifaires de la rentrée du côté de la SNCF. La compagnie ferroviaire commercialise désormais un abonnement spécial télétravail qui inclut 250 trajets par an contre 450 trajets pour un abonnement de travail annuel. Par exemple, il en coûtera 331 euros par mois entre Paris et Rennes « contre 552 euros pour le forfait annuel classique et plus de 1 800 euros en achetant des billets classiques au tarif loisir », explique Ouest-France. Résultat, en moyenne, ce nouvel abonnement télétravail va permettre une réduction d’environ 40%. Une baisse des prix qui s’explique par le fait qu’il propose tout simplement 40% de trajets en moins que l’abonnement classique. Cette offre se destine avant tout aux personnes qui font 2 à 3 allers et retours par semaine.

Du côté des associations de consommateurs, on se félicite malgré tout de la mise en place de cette nouvelle offre. « Les abonnements télétravail devenaient indispensables. Les entreprises revoient leur modèle d’organisation, il était donc logique que l’offre de la SNCF s’adapte également », souligne à Capital Jean Lenoir, vice-président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports .

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

« Une offre avec un zeste de complexité »

De son côté, si l’UFC-Que Choisir reconnaît que ce nouvel abonnement est une bonne idée, elle estime que « la SNCF n'a pas pu s'empêcher d'y ajouter un zeste de complexité : cet abonnement ne sera valable que du lundi au jeudi ». En effet, c’est sa principale limite. Un client ne pourra pas l’utiliser le vendredi, le samedi et le dimanche. En revanche, le forfait annuel classique avec 450 trajets permets lui de se déplacer dans les TGV et les Intercités en fin de semaine. Selon Ouest-France, un peu plus d’un millier de clients ont souscrit à cette nouvelle offre.

Nouvelle carte Avantage SNCF : 3 mauvaises surprises