De Paris à Florence en passant par Amsterdam, 22 grandes villes européennes réclament une régulation plus sévère contre les plateformes de locations de vacances telles que Airbnb, accusées de nuire aux marchés immobiliers et à l'attractivité de certains quartiers.

Ces villes du réseau Eurocities, qui doivent rencontrer jeudi à Paris la vice-présidente de la Commission européenne Margrethe Vestager, fustigent « un cadre légal européen daté et avantageux » pour ces plateformes, selon un communiqué. Les représentants des métropoles veulent « obliger les plateformes à partager leurs data, indispensables pour un contrôle efficace » et les tenir « responsables pour les annonces qu'elles publient ».

« Nous ne sommes pas contre les plateformes, mais elles doivent respecter la régulation au niveau local et national. Il est temps que l'Europe adopte une nouvelle approche dans sa réglementation afin de se mettre d'abord au service de l'intérêt général », affirme Anne Hidalgo, maire de Paris, qui compte plus de 25 000 logements Airbnb, citée dans le communiqué. La maire d'Amsterdam Femke Halsema souhaite pour sa part réguler les plateformes numériques pour « assurer le bien-être et la liberté des citoyens ».

Cause d'une pénurie de logements ?

Les métropoles européennes reprochent aux locations de meublés à court terme d'être trop rentables par rapport à la location longue durée et de provoquer ainsi une pénurie de logements et une forte hausse des prix. Destinations préférées des touristes, les centres-villes sont particulièrement touchés par le phénomène et les mairies enregistrent un grand nombre de plaintes de copropriétaires ou riverains : va-et-vient incessant, parties communes dégradées, transmission des codes d'entrées intempestifs et nuisances sonores.

La Commission européenne doit dévoiler une nouvelle législation d'ici la fin de l'année (la « Digital Services Act »), visant à établir une norme mondiale mieux surveiller et contrôler l'activité des grandes plateformes. « Une meilleure coopération entre les plateformes et les autorités publiques sera un des prérequis de la bonne application du Digital Service Act », a souligné Margrethe Vestager, citée dans le communiqué.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 12 contrats comparés

De son côté, Airbnb affirme qu'il soutient la création d'un « cadre plus cohérent et plus efficace pour les services numériques ». « Nous travaillons déjà avec de nombreux gouvernements et autorités publiques en Europe pour partager des données qui montrent l'impact positif des locations meublées touristiques », a déclaré la plateforme jeudi dans un communiqué.