Plusieurs entreprises dont l'assureur mutualiste MMA sont actuellement touchées par des attaques informatiques, ont-elles indiqué lundi, confirmant des informations du site spécialisé Zataz.com.

« MMA a subi une tentative d'acte malveillant qui a nécessité l'arrêt des systèmes informatiques à titre conservatoire, entraînant des difficultés d'accès sur le site mma.fr et sur l'ensemble de ses services de gestion », indique l'assureur mutualiste depuis lundi après-midi sur son site internet.

Le site internet MMA est resté inopérant tout le week-end, tandis que sur Facebook de nombreuses pages de différents établissements affiliés au groupe témoignaient de la paralysie interne de MMA. « Nous n'avons plus accès à nos messageries ni à aucun logiciel (....) nous sommes joignables par téléphone et directement en agence », indiquait par exemple la page Facebook des Assurances Rogeon dans les Deux-Sèvres, affiliées aux MMA.

Joint par l'AFP, le groupe Covéa, maison mère de MMA, a précisé que Maaf et GMF, qui font aussi partie du groupe, avaient également été touchés, mais « dans une moindre mesure ». « Pour les clients MaaF et GMF la vie reprend son cours », a déclaré une porte-parole de Covea. Le groupe n'a pas voulu indiquer la nature de l'attaque.

Mais selon Zataz, MMA est visé par une attaque au rançongiciel, comme celle qui frappe également en ce moment la plateforme de réservations de voyages en ligne MisterFly.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Interrogé par l'AFP, Gérôme Billois, spécialiste en cybersécurité du cabinet Wavestone, a estimé que ces attaques illustraient la tendance de fond à la « très forte croissance » des attaques cyber au rançongiciel, souvent accompagnées d'un chantage à la publication de données.

Elles sont perpétrées par des groupes « très organisés », qui vont souvent passer « 1, 2 ou 3 mois à s'insérer dans l'environnement de l'entreprise » avant de frapper. « Ce sont des attaques extrêmement rentables pour les auteurs, avec des rentabilités qui peuvent atteindre 400, voire 800% » a-t-il dit.