Plan du site Rechercher

Aide exceptionnelle pour les ménages modestes : au moins 150 euros versés dès vendredi

Caisse d'allocations familiales
© Jérôme Rommé - Fotolia.com

Plus de 4 millions de foyers vont recevoir à partir de vendredi une aide exceptionnelle de solidarité. Elle sera en principe versée automatiquement, en une seule fois.

Une bonne nouvelle pour 4,1 millions de ménages modestes. L’aide exceptionnelle de solidarité annoncée par le gouvernement le 15 avril sera bel et bien versée, comme prévu, à compter du 15 mai. La Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) a confirmé la date à MoneyVox ce jeudi.

Ce sont en effet les Caf, les caisses de la sécurité sociale agricole (Msa) et Pôle emploi qui sont chargées de distribuer cette « aide d'urgence » de 150 euros par famille bénéficiaire du revenu de solidarité active (RSA) en avril ou en mai, de la prime forfaitaire pour reprise d’activité, de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) et de l’allocation équivalent retraite (AER). Un complément de 100 euros sera versé en plus par enfant à charge, âgé de moins de 20 ans.

Par ailleurs, les familles avec enfants touchant des aides au logement (APL) en avril ou en mai, sans percevoir d’autres minimas sociaux, bénéficieront aussi d’une aide exceptionnelle. Celle-ci est fixée à 100 euros par enfant à charge.

En principe, elle est versée automatiquement, en une seule fois. Mais « si vous avez des enfants, il est possible que votre aide soit versée en deux fois (150 euros, puis les 100 euros par enfant) », précise la Caf sur son site internet. Elle rappelle que les bénéficiaires de cette aide ont été normalement informés par mail ou par courrier avant le 15 mai. « Si vous êtes concerné(e), vous n’avez aucune démarche à réaliser. Vérifiez simplement que vos coordonnées bancaires sont enregistrées ou à jour, dans votre espace Mon Compte, rubrique Consulter ou modifier mon profil », ajoute la Caf.

Cette aide, qui coûtera près d'un milliard d'euros à l'Etat, vise à répondre aux conséquences de la crise du Covid-19 et du confinement sur les budgets des ménages les plus modestes. Du fait des tarifs sociaux dans les cantines scolaires, les familles ont des dépenses supplémentaires pendant la fermeture des écoles, puisqu'elles doivent nourrir leurs enfants à midi, a indiqué récemment le ministre de la Santé, Olivier Véran. En outre, les aides seront utiles aux « travailleurs précaires qui ont perdu leur emploi juste avant ou pendant la crise, et qui ne bénéficient désormais que des minima sociaux », mais aussi aux « ménages qui ont connu parfois une baisse importante de revenus occasionnels, comme des petits travaux qui leur permettent de boucler leurs fins de mois », a-t-il fait valoir.

Une aide exceptionnelle supplémentaire

En plus de cette aide de solidarité, une aide exceptionnelle supplémentaire peut être demandée par les familles les plus en difficulté. « Dès les premiers jours de confinement, j'ai demandé aux Caf à titre exceptionnel, quand les situations l'exigeaient, de verser une aide » a indiqué mi-avril sur franceinfo, Christelle Dubos, la secrétaire d’Etat auprès du ministre des Solidarités et à la Santé. « Le montant des aides financières individuelles varie selon la situation des personnes et des Caf puisqu’elles sont votées par leur conseil d’administration dans le cadre de leur budget d’action sociale », explique la Cnaf à MoneyVox.

Partager cet article :

© MoneyVox / MB / Mai 2020

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox
Commentaires

Pour ajouter ou interagir avec les commentaires,
vous devez être connecté à votre compte Moneyvox.

Publié le 20 mai 2020 à 13h12 - #1J2L
  • Homme
  • Hauts de France

Rares sont les commentaires saluant les mesures positives.
Dont acte. 1 milliard de plus dans notre déficit public mais au moins ça ira à ceux qui en ont le plus besoin et souffert financièrement de ce confinement. Tout en espérant qu'il n'y aura pas trop de fraudeurs et de profiteurs injustifiés sur ces aides.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?Oui1Non0
Publié le 22 mai 2020 à 18h43 - #2Tail
  • Homme
  • 53 ans

Et pour une fois, les détracteurs des bénéficaires des minima ne pourront pas dire qu'ils sont allés claquer le coup de pouce au bar du coin héhéhé.
Je travaille, paye quelques milliers d'euros d'IR mais je suis lucide et bienveillant : je n'aimerai pas me retrouver dans leur situation. Je pense qu'il faut n'avoir jamais été dans cette situation pour pouvoir prétendre qu'on y est et qu'on y reste par confort et fainéantise. Pour certains, sans aucun doute, pour la majorité, je n'y crois pas une seule seconde.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?Oui1Non0