Habitué des voitures d’occasion, vous n’avez pas les moyens de vous offrir un véhicule neuf. Une solution existe pour concilier budget serré et plaisir de conduire une automobile récemment sortie d’usine. Il s’agit de l’achat d’une voiture de collaborateur.

Vous en rêvez et pourtant, faute de moyens suffisants, la raison vous fait freiner des quatre fers. Résultat, au lieu de conduire une voiture flambant neuve, vous vous dirigez systématiquement au rayon occasion de votre concessionnaire auto. Et si avant d’acheter un véhicule de seconde main, vous vous intéressiez aux voitures de collaborateurs ? Avec des prix de vente très compétitifs et un faible kilométrage, ces voitures attirent les particuliers qui souhaitent profiter d’un véhicule récent.

Une voiture de collaborateur, qu’est-ce que c’est ?

Les voitures de collaborateurs sont souvent confondues, à tort, avec les véhicules de société ou les voitures de fonction. Pourtant, ce n’est pas du tout la même chose. Un véhicule de collaborateur n’est en aucun cas une auto confiée à un salarié par son entreprise. Il s’agit d’une voiture achetée neuve pour un usage uniquement personnel. En fait, on parle de véhicules de collaborateurs pour désigner le fait que ces automobiles sont acquises par les employés des concessions ou des constructeurs automobiles.

Les avantages à acheter une voiture de collaborateur

Or, ces salariés bénéficient d’avantages tarifaires parfois importants sur l’achat d’une voiture de la marque pour laquelle ils travaillent. Les remises atteignent en effet quelque 20% par rapport au prix catalogue. D’une manière générale, ces réductions oscillent entre 5% et plus de 30% en fonction du modèle.

Et vous, même si vous n’avez aucun lien avec Citroën, Renault ou encore Peugeot et Volkswagen, vous pouvez un peu profiter de ces décotes. Comment ? En rachetant ces automobiles acquises initialement à moindre frais. En effet, les salariés revendent en principe rapidement ces voitures, souvent avant 2 ans, si bien qu’il est possible de mettre la main sur des véhicules ayant roulé moins de 10 000 kilomètres et parfois même moins de 1 000 kilomètres au compteur.

Lire également : 10% des voitures d'occasion vendues affichent un kilométrage mensonger !

Le prix est donc le principal intérêt à acheter une voiture de collaborateurs. Sur le site de Peugeot dédié à ce type de véhicule, il est ainsi possible d’acquérir une 208 signature 82 chevaux fiscaux, essence, ayant 750 kilomètres au compteur pour 12 800 euros. A titre d’exemple, ce même modèle pour un kilométrage inférieur à 1 000 km est revendu autour de 15 000 euros sur le site Occasions du Lion de Peugeot. Même constat sur Top Renault : Le nouveau Kadjar (avec 3 000 à 4 000 km roulés) bénéficie d’une remise de 20% (soit de 7 000 euros) et la Renault Megane Berline d’une décote de 34% (soit 10 000 euros) pour 4 000 km au compteur, détaille le constructeur sur ce site dédié à la vente de voitures de collaborateurs.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Outre le prix, il y a d’autres avantages : les véhicules sont récents (quelques mois), leur kilométrage est faible, l’entretien a été réalisé dans la concession... Et la garantie du constructeur est potentiellement encore valable… La plupart des véhicules sortant d’usine avec une garantie constructeur de 2 ou 3 ans.

Acheter une voiture de collaborateur : une démarche parfois longue

Convaincu par l’intérêt d’un véhicule de collaborateur, vous souhaitez opter pour ce mode d’acquisition ? Alors, par où commencer ? S’il est possible de trouver de telles voitures sur les sites d’achat-vente classiques (Leboncoin, La Centrale…), de nombreuses marques ont développé des plateformes internet spécifiques, comme Renault, Peugeot et Citroën. Il est alors possible d’acquérir de suite le véhicule ou de le réserver si celui-ci n’est pas encore disponible. Dans ce cas, il vous faudra patienter pendant un laps de temps défini (entre 1 et 6 mois en général), avant de récupérer le véhicule sélectionné. Pour effectuer cette réservation, un acompte est exigé. Celui-ci est d’environ 10% du prix de vente. Le reste de la somme est versé au moment où l’automobiliste récupère sa voiture.

Dernière possibilité : s’orienter vers des événements et des salons spécialisés dans la revente des voitures de collaborateurs.

A consulter : Comment éviter les arnaques à l'achat d'une voiture d'occasion ?