Le ministre de l'Economie et des Finances, Michel Sapin, a promis jeudi de mobiliser son administration pour que le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu soit prêt pour une mise en œuvre à partir de janvier 2018.

« La mise en œuvre du prélèvement à la source va mobiliser mon administration au cours des premiers mois de 2017 », a assuré Michel Sapin lors d'une conférence de presse où il a présenté les projets de son ministère d'ici la fin du quinquennat. « Mon administration a en charge de faire que le dispositif, dans ses complexités, soit totalement impeccable, en place, net, prêt à démarrer », a ajouté le ministre, s'engageant à « mettre en œuvre tout ce qu'il fallait pour que la volonté exprimée par une majorité légitime puisse se traduire dans les faits ».

Remettre cette réforme en cause ? « Ce serait du gâchis »

Michel Sapin a jugé que « ce serait du gâchis » de revenir sur cette mesure, comme le promet l'opposition en cas d'alternance. « Je ne vois vraiment pas pourquoi, rationnellement, une nouvelle majorité viendrait mettre en cause le dispositif une fois qu'il est prêt. Pas un bouton de guêtre ne manquera au prélèvement à la source », a-t-il insisté.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

La réforme du prélèvement à la source prévoit que l'impôt sur le revenu soit collecté au moment du versement du salaire, à partir du 1er janvier 2018, et non plus un an après, comme c'est le cas actuellement. C'est l'administration fiscale qui calculera le taux de prélèvement, sur la base des revenus de l'année précédente. Chez les salariés, l'impôt sera prélevé par l'employeur. Chez les retraités, la collecte sera réalisée par la caisse de retraite.