Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a de nouveau jugé nécessaire jeudi une réforme de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), indispensable selon lui pour développer « l'investissement productif » en France, tout en se gardant de réclamer la suppression de cet impôt controversé.

« Aujourd'hui, l'ISF pose un problème pour celles et ceux qui voudraient investir et aider » au développement économique, a déclaré Emmanuel Macron lors d'un colloque sur la croissance organisé par l'Institut Montaigne et le McKinsey global institute. « En France, on a beaucoup plus protégé le capital dormant que le capital productif. C'est-à-dire qu'on favorise beaucoup plus des [placements, NDLR] qui sont ceux d'épargnants passifs, plutôt que celles et ceux qui décident d'investir », a-t-il regretté, estimant qu'il fallait traiter ce problème « en le réformant ».

« L'ISF englobe des catégories d'actifs qui n'ont pas grand chose à voir ensemble », a-t-il détaillé, en estimant qu'il ne fallait « pas prendre dans l'ISF la même base pour tous les actifs ». « Quand on regarde ce que font les économies qui ont l'investissement productif chevillé au corps, elles ont une taxation qui est beaucoup plus large, parfois beaucoup plus dure sur l'immobilier. Et elles ont une taxation beaucoup plus faible sur le capital productif », a-t-il expliqué, disant vouloir tendre vers ce modèle.

Le « contexte » pas favorable à une suppression

Le ministre n'a toutefois pas réclamé la suppression de l'ISF, estimant que le « contexte » n'était pas favorable. « Si on arrive devant les gens dans le contexte politique et social qu'on connaît en leur disant j'ai une bonne idée ce matin, on va supprimer ou réformer l'ISF (...) à mon avis ça ne va pas plaire à tout le monde ».

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Le ministre avait suscité la polémique mi-avril, en s'en prenant à cet impôt défendu par la gauche. « Si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF », avait-il déclaré. Ces propos lui avaient valu un rappel à l'ordre de Manuel Valls, qui s'est pourtant montré critique par le passé sur l'ISF. « Supprimer l'impôt sur la fortune, qu'on peut toujours améliorer, rendre plus efficace d'un point de vue économique, serait une faute », avait-il dit.

Créé en 1989, l'ISF, qui a succédé à l'IGF (impôt sur les grandes fortunes) instauré par François Mitterrand en 1981, a subi de multiples aménagements. En 2015, il a rapporté 5,224 milliards d'euros à l'Etat.