Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a alerté mardi que les taux ultra-bas peuvent engender des « bulles », tout en niant l'existence d'une « grande divergence » entre les politiques monétaires de la BCE et de la Fed.

Les taux « ultra-bas » sont une « source de préoccupation pour les banquiers centraux », car ils « peuvent engendrer une mauvaise allocation des ressources ou des bulles et notamment parce qu'ils vont actuellement de pair avec une inflation durablement basse », a affirmé le gouverneur en ouverture d'un symposium à la Banque de France intitulé « Taux d'intérêts ultra-bas et défis pour les banques centrales ».

Taux durablement très bas : « contreproductif »

« Cette basse-flation est particulièrement préoccupante au regard des coûts associés aux rigidités et distorsions des prix ou des salaires ainsi qu'au risque d'entrée en déflation », a-t-il ajouté, avant de souligner que « rester à des niveaux trop bas trop longtemps serait contreproductif ».

Le gouverneur de la Banque de France a également prévenu qu'une sortie de cette politique accommodante « intervenant à un mauvais moment ou son anticipation prématurée peuvent également mettre en danger certaines institutions financières ». Il a toutefois assuré que « cet effet sera atténué », car « les grandes banques centrales ne sortiront pas toutes simultanément » de leurs politiques accommodantes.

Des divergences de vue avec les Etats-Unis

A ce propos, il a nié l'existence de divergences avec les Etats-Unis. « Ce qui est parfois décrit comme la grande divergence entre les politiques monétaires est sans doute au contraire, à mes yeux, une grande sagessee », a-t-il déclaré.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

François Villeroy de Galhau s'est dit convaincu que les cycles de la zone euro et des Etats-Unis sont « différents » et que les stratégies respectives de sortie des politiques « ultra-accommodantes » de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Réserve fédérale (Fed) « seront étalées dans le temps ». Avant de souligner : « Ce temps est à l'évidence plus lointain dans la zone euro. »