Pour sa 16e vague, l’Observatoire du moral immobilier Logic-Immo/TNS Sofres, publié mardi dernier, se focalise sur les futurs acheteurs immobiliers qui revendent un bien en parallèle. Pour cette population, qui représente 22% des futurs acheteurs, c’est désormais la crainte de vendre leur bien au rabais qui figure au top de leurs préoccupations.

« Vendre en dessous du prix dans la précipitation est ainsi la bête noire des revendeurs », explique Stéphanie Pécault chez Logic-Immo. Une crainte qui s’amplifie manifestement depuis 2014. Résultat : cette préoccupation « passe même devant la peur de rater une opportunité d’achat à cause des délais de revente, ce qui constituait leur principale source d’inquiétude il y a un an. » De fait, les Français se montrent de plus en plus prudents dans cette délicate coordination entre revente de leur bien et l’achat du nouveau. L’observatoire montre ainsi qu’ils sont désormais 65% à envisager de vendre avant de procéder à leur nouvelle acquisition. Une proportion qui grimpe tout de même de 7 points en un an.

Changer de résidence principale après 50 ans

Le profil de ces acheteurs-revendeurs ? Assez logiquement, ces derniers sont plus âgés, à 42% au-dessus de 50 ans (contre 24% pour les « non-revendeurs »). Presque systématiquement (94%), l’achat envisagé concerne une nouvelle résidence principale et 3 fois sur 4 il s’agit d’une maison. Plus grande dans 41% des cas ou bénéficiant d’une meilleure localisation (33%). Quant au budget, il est là aussi logiquement supérieur à celui des non-revendeurs : 33% d’entre eux indiquent ainsi rechercher un bien au-delà des 300.000 euros.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Dernière particularité : l’envie de nouvel achat chez les acheteurs-revendeurs semble s’être développée récemment puisque « près de 46% recherchent un bien à l’acquisition depuis moins de 3 mois, soit 10 points de plus que les acquéreurs non revendeurs », relate l’observatoire.