Le marché de l'immobilier ancien pourrait connaître une légère reprise en 2015, estime le réseau Guy Hoquet qui se dit confiant grâce à des taux d'intérêt toujours très bas, des prix en léger repli et une politique du logement plus favorable à l'investissement.

Sur l'année qui s'achève, ce réseau de 450 agences immobilières, propriété de Nexity, a réalisé quelque 21.000 transactions pour un chiffre d'affaires de 108 millions d'euros, en repli de 3%, selon ses estimations publiées lundi. Le nombre de compromis de vente a baissé de 2%, alors que le nombre de visites de biens à louer a bondi de 57%.

« Ces deux chiffres montrent que les acquéreurs sentent qu'ils ont repris la main. Il n'y a jamais eu autant de biens à vendre, les taux sont très bas, et ils prennent leur temps pour acheter », commente auprès de l'AFP Fabrice Abraham, directeur général de l'enseigne.

« Les prix vont continuer à s'infléchir un peu »

De fait, les délais de transactions ont continué à s'allonger au dernier trimestre, passant à 101 jours en moyenne en province, contre 94 jours un an plus tôt, et 75 jours à Paris, contre 54 jours. « Les prix, redevenus plus abordables depuis 4 ans, vont continuer à s'infléchir un peu », pronostique le directeur général de Guy Hoquet.

A Paris, le réseau a constaté un recul des prix de 0,8% sur un an, à 7.766 euros en moyenne le m2 : plus présent dans les arrondissements populaires que dans les quartiers cossus de la capitale, il aboutit à des prix moyens inférieurs d'environ 5% aux prix moyens réels. En France, les prix ont reculé de 1,7% sur un an, à 2.538 euros le m2.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Le Pinel « recalibré de façon assez intelligente »

Fabrice Abraham se dit « relativement optimiste » pour 2015, estimant que « les taux d'intérêt des crédits immobiliers, qui maintiennent le marché sous perfusion, devraient rester à des niveaux historiquement bas », et que « les investisseurs devraient progressivement revenir sur le marché, grâce au dispositif fiscal Pinel (ex-Duflot), recalibré de façon assez intelligente ».

Cet avantage fiscal sera accessible aux particuliers qui achètent un logement pour le louer, avec trois durées d'investissement au lieu d'une (6, 9 ou 12 ans), et ils pourront prendre leurs ascendants et descendants pour locataires, comme le prévoit le projet de budget de l'Etat pour 2015, qui sera adopté à l'Assemblée nationale jeudi.

Les investisseurs sont tombés à 11% du marché immobilier ancien, contre 18% il y a trois ans, tandis que les primo-accédants n'en représentent plus que 31%, contre 40% en 2011.