La France, dont la Commission européenne a critiqué le projet de budget 2015, a présenté lundi des « précisions » et des « mesures nouvelles » qui permettront de réduire son déficit public de 3,6 milliards d'euros de plus que prévu, a annoncé lundi le ministre des Finances, Michel Sapin.

Les précisions sont dues à des « bonnes nouvelles », notamment la baisse des taux d'intérêt qui allège le coût de la dette, et les mesures nouvelles concernent notamment la lutte contre la fraude et l'optimisation fiscale, a expliqué Michel Sapin. Le tout pour un effet total de « 3,6 à 3,7 milliards » d'euros sur le déficit de l'Etat, de la protection sociale et des collectivités territoriales, sous l'effet de recettes supplémentaires ou de dépenses réduites, a indiqué le ministre. Quant au déficit structurel (hors effets de la conjoncture sur le budget), il devrait ainsi diminuer de plus de 0,5 point de Produit intérieur brut (PIB) entre 2014 et 2015.

« Rester dans les clous »

« Je pense que la France présente là les précisions et les éléments qui nous permettent de rester dans les clous », a déclaré Michel Sapin. « S'appliquant à la France, la principale règle budgétaire est pour l'année prochaine d'atteindre au moins ou même de dépasser 0,5 point de PIB de baisse de notre déficit structurel ».

Le ministre français a envoyé lundi une lettre au vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen, dont l'AFP a obtenu copie. Il y affirme que la France maintiendra les « deux piliers » de sa politique économique : le pacte de responsabilité et de solidarité, qui prévoit notamment des baisses de cotisations et d'impôts pour les entreprises, et l'effort d'économies de 21 milliards d'euros sur l'année 2015.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

La « démarche » de la France est « en ligne avec nos règles communes et les flexibilités qu'elles contiennent », écrit-il. « Elle est aussi adaptée à la situation macroéconomique de la zone euro », a ajouté le ministre.