Le groupe BPCE aurait présenté un projet de réorganisation de son informatique aux représentants des salariés, selon un article des Echos publié aujourd’hui. Au programme : une mutualisation des systèmes et infrastructures entre les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne devant être mise en œuvre au deuxième trimestre 2015. BPCE table sur une économie de 70 millions d’euros par an.

Cette réorganisation se décompose en trois chantiers : le regroupement des activités de production informatique du groupe, la mutualisation de l’éditique (édition de documents dont les relevés de compte) et la réorganisation de ses sites géographiques dédiés à l’informatique. Pour le premier chantier, une nouvelle structure baptisée « BPCE Infogérance et Technologies » regroupera près de 1.150 collaborateurs et les activités informatiques des Caisses d’Epargne (IT-CE), des Banques Populaires (i-BP) et de BPCE SA. Avec en vue une optimisation des coûts par la suppression des doublons et une massification des achats.

Pour l’éditique, BPCE envisagerait la création d’un opérateur mutualisé spécialisé sur ce métier, en partenariat avec une entreprise externe. Selon Les Echos, Le groupe anticipe en effet une « baisse prévisionnelle des volumes », un « outil en surcapacité » et des « tarifs internes challengés », compte tenu de la digitalisation croissante du groupe, avec un « objectif de taux de dématérialisation du courrier industriel de 50% ». Enfin, sur le plan géographique, le groupe BPCE s’oriente vers une spécialisation de ses implantations, visant une optimisation immobilière ainsi que des gains de productivité liés au rapprochement des équipes.

Compte pour enfant/ado : notre comparatif des offres sans risque

Au global, selon BPCE, cette réorganisation devrait générer des économies récurrentes de l’ordre de 70 millions d’euros par an, mais aussi une meilleure compétitivité des réseaux Banques Populaires et Caisses d’Epargne. Lesquelles, selon le document remis aux Syndicats souffriraient d’un coefficient d’exploitation plus élevé que la concurrence.