A Paris les charges de copropriété s'élèvent en moyenne à 2.167 euros par logement et par an ou 32,90 euros par m2 assuré, c'est-à-dire en tenant compte des parties communes, selon l'Observatoire publié mardi par la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) Paris Ile de France.

« L'objectif est d'informer les copropriétaires de leur situation par rapport à un indice calculé tous immeubles confondus : s'ils paient le double, ils peuvent se poser des questions », a précisé à l'AFP Gilles Ricour de Bourgies, président de la Fnaim Paris Ile-de-France à propos de la création de cet indicateur du montant des charges de copropriété parisiennes. « Mais c'est aussi un outil utile aux professionnels, qui pourront se situer par rapport à leurs confrères et aller chercher des références pour améliorer leur gestion », a-t-il ajouté.

Basé pour la première fois sur l'analyse des comptes de copropriété de 1.776 immeubles (divisés en 39.748 lots) parisiens, validés par les copropriétaires, cet indicateur, certifié par huissier, se veut plus fiable que ceux réalisés à partir des déclarations des syndics, et sera affiné dans ses prochaines publications, a indiqué la Fnaim.

Concierge et entretien : premier poste de frais

Si en moyenne, les charges de copropriété représentent chaque année 2.167,54 euros par lot, et 32,90 euros par m2, le premier poste de frais est représenté par le salaire du concierge ou des employés qui assurent l'entretien : il s'élève à 970 euros ou 13,10 euros par m2.

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

Viennent ensuite, sans surprise, le chauffage collectif avec 610 euros en moyenne, soit 6,20 euros par m2, l'ascenseur, avec 182,85 euros et 2 euros/m2 puis les honoraires des syndics (155,20 euros et 1,70 euro/m2) suivis de près par les assurances (150,26 euros et 1,64 euro/m2).

70,5% des immeubles étudiés ont un ascenseur

Cette présentation regroupe par grandes catégories, plus faciles à appréhender, des éléments apparaissant dans différents comptes de charges au sein de la comptabilité des syndics (ainsi le poste « charges pour travaux », a-t-il été subdivisé entre « chauffage » et « ascenseur » par exemple). Globalement, sur l'échantillon parisien considéré, 70,5% des immeubles ont un ascenseur, 31% un chauffage collectif et 30% disposent d'un concierge, tandis que 20% font appel aux services d'un employé et 50% à ceux d'une société d'entretien.

Les immeubles étudiés datent, pour 69% d'entre eux, d'avant 1918 (haussmanien), tandis que 13% ont été construits entre 1918 et 1960, les 18% restants étant postérieurs à 1960. Cet observatoire semestriel, qui vise à connaître de façon précise la répartition des charges de copropriété dans les immeubles parisiens, devrait englober la petite et la grande couronne de la capitale lors de sa prochaine publication, prévue au mois de mai. Celle-ci devrait inclure des données détaillées par arrondissement et par période de construction des immeubles étudiés.