Le président François Hollande a annoncé jeudi sur France 2 une modulation des allocations familiales selon les revenus, prévenant que « les plus hauts revenus » n'auraient plus le même montant.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Le chef de l'Etat a affirmé que des « réajustements » seraient faits selon « deux principes »: « Il n'y aura pas de fiscalisation des allocations » et « on va garder l'universalité ». Mais « que les plus hauts revenus aient les mêmes allocations, non ! Ça sera revu ». « On fera des économies », a promis le chef de l'Etat en rappelant les « 2 milliards de déficits » de la branche famille.

Une réforme des allocations familiales était attendue et la piste d'une baisse des montants, jusqu'à présents identiques quels que soient le niveau de ressources, avait été évoquée parmi d'autres pistes. Le Haut conseil de la famille (HCF), dont les préconisations pour réformer les prestations familiales étaient attendues le 4 avril, a chiffré à 2,2 milliards d'euros le besoin de financement pour ramener la branche famille à l'équilibre à l'horizon 2016.