Le ministre du Travail Michel Sapin a souligné mardi devant les députés socialistes qu'il va falloir trouver « le bon réglage » sur ce qui peut être bougé dans le projet de loi transcrivant l'accord sur l'emploi, a indiqué Bruno Le Roux, président des députés PS.

« Michel Sapin a parlé d'un pacte de confiance à trouver entre députés de la majorité et gouvernement et sur le bon réglage à trouver entre ce qui peut être bougé dans le texte et ce qui ne le peut pas », a déclaré M. Le Roux devant la presse à l'issue de la réunion hebdomadaire du groupe socialiste à l'Assemblée nationale. Affirmant que « le travail de concertation, de proximité, avec le ministre du Travail sur l'évolution parlementaire du texte va être très forte dans les prochains jours », il a estimé que « Michel Sapin a suivi de manière tellement fine cet accord et les à-côtés de l'accord, qu'il est le plus qualifié, voire le seul qualifié, pour savoir ce que l'on peut bouger ».

Au terme de la réunion du groupe, un député socialiste a jugé dans les couloirs qu'« il y a eu un bon travail en amont entre le gouvernement et les parlementaires les plus actifs » sur ces questions, ce qui a permis de « déminer » un certain nombre de sujets même s'il reste « des points durs ». Si « beaucoup considèrent qu'il y a eu des avancées entre l'accord et le projet de loi », plusieurs points ont encore été abordés avec le ministre du Travail au cours de la réunion du groupe, a-t-il rapporté, évoquant notamment les questions de la mobilité forcée pour les salariés ou celle des mutuelles.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Le projet de loi transposant l'accord du 11 janvier sur la sécurisation de l'emploi conclu entre le patronat et la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC sera examiné par l'Assemblée à partir du 2 avril et le gouvernement table sur une entrée en application du texte dès le mois de mai.