Groupama va verser lundi un coupon de 60 millions d'euros sur un titre subordonné remboursable (TSR), quelques jours après avoir décidé de ne pas payer un coupon d'un montant similaire sur un autre titre de dette, a-t-on appris auprès de l'assureur mutualiste.

Le non-versement début octobre du coupon sur des titres super-subordonnés à durée indéterminée (TSSDI), une sorte d'obligation perpétuelle, avait entraîné l'abaissement de la note de Groupama SA par les agences Standard & Poor's et Fitch Ratings. « A ceux qui s'étaient interrogés sur notre capacité à payer des coupons de 60 millions d'euros, nous avions dit que ce n'était pas le sujet et que nous étions en mesure de le faire. Ca prouve bien que nous ne sommes pas à 60 millions d'euros près », a expliqué à l'AFP un porte-parole du groupe. L'assureur mutualiste a également fait valoir qu'il avait, dans le cas du TSSDI, une option « très ouverte » de ne pas payer. Pour le TSR, cette possibilité est « beaucoup moins forte et on ne l'utilise pas », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de Groupama a, en outre, relevé que les investisseurs concernés étaient différents dans les deux cas. Pour les obligations perpétuelles à durée indéterminée, il y avait « beaucoup de fonds anglo-saxons », alors qu'il s'agit essentiellement d'investisseurs institutionnels français dans le cas du titre subordonné remboursable.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Engagé depuis la fin de l'année 2011 dans un plan de renforcement de sa solvabilité, Groupama a effectué plusieurs cessions courant 2012 et entamé la mise en place d'un plan d'économies de 400 millions d'euros. Interrogé sur l'objectif d'un ratio de solvabilité (niveau de fonds propres rapporté aux exigences minimales du régulateur) de 120% en fin d'année, le porte-parole de l'assureur a répondu qu'il était « maintenu ».