Lundi en milieu d'après-midi, la Bourse de Paris perdait 3,13% , les valeurs bancaires plongeant de près de 6 à 7%, dans un marché dominé par les inquiétudes sur la zone euro, et l'Espagne en particulier.

A 15h45, le CAC 40 cédait près de 100 points (99,65 points) pour s'inscrire à 3.092,98 points dans un volume d'échanges de 1,59 milliard d'euros. Les valeurs bancaires (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole) perdaient entre 6 et 7%.

La peur d'un éclatement de la zone euro, d'une aggravation de la situation de l'Espagne, qui pourrait être contrainte de demander un plan de sauvetage global, et d'une incapacité de la Grèce à respecter ses engagements, a saisi les marchés boursiers et a fait notamment plonger les valeurs bancaires, premières victimes de ces inquiétudes.

L'ouverture en repli de Wall Street a accentué la tendance baissière peu après 15h30.

L'Espagne interdit les ventes à découvert

La décision des autorités espagnoles d'interdire les ventes à découvert en début d'après-midi « a accentué les craintes globales à l'égard de l'Europe, signifiant aux marchés que la situation est réellement grave », a indiqué Yves Marçais vendeur d'actions chez Global Equities. « A peine bouclé le plan de sauvetage des banques espagnoles, on est maintenant confronté aux problèmes des régions espagnoles avec Valence qui a demandé un soutien financier et d'autres régions risquent de suivre (...) Cela n'en finit pas et le marché est totalement accablé ». L'Espagne concentre les inquiétudes des investisseurs. Le pays se finance sur les marchés internationaux à un coût prohibitif (7,5% sur le rendement 10 ans) et son économie continue de se contracter.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Le Liborgate pèse sur les bancaires

Toutes les valeurs du SBF 120 ont plongé dans le rouge à l'exception de Bonduelle. Les bancaires sont les plus malmenées car directement concernées par d'éventuels défauts de paiement de l'Espagne ou de la Grèce, et par les inquiétudes sur la cohésion de la zone euro. Elles sont également victimes du scandale du Libor. BNP Paribas cédait 7,03% à 26,51 euros, Crédit Agricole -6,22% à 3,04 euros et Société Générale (-5,89% à 15,41 eyuros).