Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a indiqué mercredi qu'il assumait la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires, critiquée à droite. Selon lui, cette mesure décourage « l'emploi », qui est la « priorité » du gouvernement.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

« D'abord, les heures supplémentaires sont payées plus chères que les heures normales même sans cette disposition, mais surtout elle (la défiscalisation, ndlr) décourage l'emploi. Et aujourd'hui, c'est la priorité et je crois que les Français le comprendront », a-t-il fait valoir. « Cette mesure, je l'ai combattue avec mes amis dans l'opposition et tous les syndicats de salariés l'ont combattue », a rappelé le Premier ministre en citant Bernard Thibault (CGT) qui « ce matin (mercredi, ndlr) parlait d'une mesure à créer des chômeurs ».

« Beaucoup d'entreprises auraient pu embaucher et ne l'ont pas fait à cause de cette mesure qui faisait qu'une heure supplémentaire payée au salarié était moins chère qu'une heure normale », a plaidé Jean-Marc Ayrault en rappelant cependant que toutes les entreprises n'étaient pas concernées par cette suppression. « Cela ne concernera pas toutes les entreprises, pas celles de moins de 20 salariés, celles qui ont besoin de marges de manoeuvre quand elles ont des commandes ».