Selon le Wall Street Journal, les régulateurs internationaux du secteur bancaire sont sur le point d'assouplir les exigences de liquidité imposées aux établissements financiers par le nouveau cadre réglementaire dit de « Bâle III ».

Ces nouvelles règles, qui doivent progressivement entrer en vigueur à compter de l'année prochaine, imposent aux banques de relever leur niveau de fonds propres « durs » et de se doter d'une réserve d'actifs facilement vendables pour pouvoir faire face à d'éventuels coups durs.

L'objectif des nouvelle règles est de permettre aux banques de continuer à fonctionner pendant trente jours même en cas d'assèchement complet du marché interbancaire, où les établissements se refinancent. Cette règle est supposée entrer en vigueur en 2015, rappelle le Wall Street Journal.

Des règles « plus réalistes »

Après des mois d'intense lobbying des banques, les régulateurs pourraient accepter un plus large échantillon d'actifs financiers dans leur définition du ratio de liquidité. Outre le « cash » et les titres d'Etat, l'or et certaines actions pourraient ainsi être pris en compte, ajoute le journal américain.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Selon un responsable anonyme cité par le WSJ, cette décision ne constitue pas une réponse à la crise bancaire en Europe, mais est un ajustement nécessaire après des mois de discussions avec les banques pour rendre les nouvelles règles « plus réalistes ». D'autres composantes de Bâle III seraient d'ailleurs même encore renforcées.