La ministre du budget Valérie Pécresse a annoncé mercredi que des niches fiscales seront supprimées, réaffirmant la possibilité d'un "effort supplémentaire" pour tenir les engagements financiers de la France, dans une interview à BFM TV.

« Nous supprimerons des niches fiscales (...) parce que nous n'augmenterons pas les impôts », a déclaré la ministre sans préciser quelles niches étaient visées. Les niches, sont « des exonérations d'impôts parfois justifiées » et « parfois très peu efficaces ». « Nous avons déjà pris l'engagement de supprimer trois milliards d'euros de niches fiscales pour 2012 (...) peut-être faudra-t-il faire un effort supplémentaire », a ajouté la ministre.

Réunion de crise à l'Elysée

Nicolas Sarkozy, rentré spécialement de vacances, a présidé mercredi une réunion de crise à l'Elysée au cours de laquelle il a demandé à ses ministres François Baroin et Valérie Pécresse de lui formuler de nouvelles propositions pour réduire les déficits publics. Plusieurs options s'offrent au gouvernement, selon les économistes, telles que la réduction des niches fiscales (il en existe plus de 500 qui « coûtent » 74 millions d'euros par an), la diminution des dépenses (déremboursement de médicaments...) ou encore l'augmentation d'impôts comme la CSG ou la TVA.

Jusqu'à 130 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

Les débats vont bon train aussi sur la manière de réduire les niches fiscales par des suppressions ciblées, qui semblent donc être désormais privilégiées, un coup de rabot général ou une solution intermédiaire.