Selon une récente étude de la direction du Trésor, le patrimoine des Français, composé à 60% d'immobilier, a vu sa valeur doubler en dix ans grâce à la hausse des prix de la pierre.

D'après cette étude, qui a été transmise à des parlementaires dans le cadre des discussions sur la réforme de la fiscalité, le patrimoine brut des ménages s'élevait en 2009 à 10.000 milliards d'euros (9.000 milliards en soustrayant l'endettement lié aux achats immobiliers). Il est composé pour 60% d'immobilier, pour un tiers de patrimoine financier et pour le reste de biens professionnels.

Selon Bercy, la valeur de ce patrimoine a doublé entre 1999 et 2009, essentiellement en raison de la hausse des prix de l'immobilier, qui a pris plus de 110% sur la période. Sur la même période, le patrimoine financier a, lui, progressé de 50% grâce au dynamisme de l'assurance-vie.

Inégalités

L'étude de Bercy fait ressortir une autre donnée : l'inégale répartition de ce patrimoine entre les ménages. Les 10% les plus riches en patrimoine détiennent en effet 48% du patrimoine global. « La répartition du patrimoine est plus inégale que celle du revenu des ménages »,  précise l'étude, puisque les 10% des ménages les plus riches en termes de revenu reçoivent un peu plus d'un quart des revenus totaux. Des chiffres qui correspondent à ce qui existe chez nos voisins européens.

Les successions ou donations expliqueraient une part croissante de ces disparités depuis 20 ans. L'étude souligne également que près d'un tiers du patrimoine d'un ménage de 50 ans a déjà été transmis.

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 8 offres comparées

Aux yeux des Français, le patrimoine financier et immobilier sert à se constituer un complément de revenu pour la retraite, une épargne de précaution pour parer à des éléments imprévus, et à transmettre un patrimoine à ses descendants.

Mais il sert également à financer l'économie. En 2006, 47% du patrimoine financier était ainsi investi en France, 30% dans le reste de la zone euro et 23% dans le reste du monde.