Le "problème" des 35 heures a été "résolu" dans les petites et moyennes entreprises et ce chantier ne doit donc pas être rouvert, contrairement à ce que souhaitent certains responsables de la majorité, a estimé mercredi le président de la CGPME Jean-François Roubaud.

« Aujourd'hui, dans nos PME, les 35 heures c'est un problème qui a été résolu », a déclaré le dirigeant de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) sur la radio BFM. Rappelant qu'il s'était « battu contre les 35 heures », Jean-François Roubaud a estimé que ce n'était « pas la peine de rouvrir le chantier aujourd'hui ».

Baroin et Bertrand estiment que le débat ne doit pas être réouvert

« Je n'ai pas envie de rouvrir le débat avec les syndicats de salariés, parce que ça va faire des dégâts encore alors qu'on a retiré les charges sociales sur toutes les heures supplémentaires des entreprises, ce qui fait qu'on a quasiment réglé le problème », a expliqué le dirigeant patronal. « On a retiré tout ce qui était vraiment contraignant » avec l'adoption du « paquet fiscal » au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, a-t-il ajouté.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 500 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Le nouveau secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé a décidé mi-décembre de lancer une « réflexion » sur les 35 heures qui sera conduite par deux libéraux, le député Hervé Novelli et le président du groupe du UMP au Sénat Gérard Longuet. Mais le ministre du Budget François Baroin, porte-parole du gouvernement, ainsi que son collègue du Travail Xavier Bertrand ont tous deux estimé que le gouvernement ne devait pas rouvrir ce débat.