Le président du groupe UMP au Sénat, Gérard Longuet, estime qu'il faut "sortir de l'euro ou des 35 heures" car "on ne peut pas avoir les deux", dans un entretien au Monde daté de dimanche-lundi.

« La France doit parler d'égal à égal avec l'Allemagne (...) Les Allemands peuvent lâcher sur » le rachat par la Banque centrale européenne de la dette des pays de l'UE les plus fragilisés « parce que nous commençons à travailler plus, en portant la retraite à 62 ans par exemple », déclare l'élu de la Meuse.

22 milliards d'allégements liés aux 35 heures

« Les 35 heures, c'est une réévaluation de fait, qui a abouti depuis dix ans à une déflation française. Ou on sort de l'euro ou on sort des 35 heures mais on ne peut pas avoir les deux », affirme-t-il. Les 22 milliards d'euros d'allégements de charges liés aux 35 heures « seraient utiles aux finances publiques », souligne-t-il avant d'ajouter: « ce sera long pour en sortir, raison de plus pour commencer ».

Sur la réforme de la fiscalité et la fin programmée du bouclier fiscal et de l'ISF, M. Longuet estime qu'il y a « une petite marge de manoeuvre sur l'impôt sur le revenu des catégories les plus élevées, pour plus de 250.000 euros par an » et rappelle qu'en Allemagne, « la plus haute tranche est à 45% ».

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

« Il n'y a pas trente-six solutions », répond-il au président Nicolas Sarkozy, qui est hostile à une nouvelle tranche d'impôt sur le revenu.