Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, estime que "l'Union monétaire n'a jamais été conçue comme modèle d'enrichissement pour les spéculateurs", selon le texte d'un discours publié mardi, qui répond indirectement à des critiques du chef de la BCE.

« Je souhaite rappeler à ceux qui ont (encore) des doutes à propos d'un tel mécanisme de résolution des crises que l'Union monétaire n'a jamais été conçue comme modèle d'enrichissement pour les spéculateurs financiers », selon le texte de cette intervention du ministre à l'université parisienne de la Sorbonne.

Le message semble s'adresser, sans le nommer, au président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet qui, selon la presse, s'est inquiété vendredi des conséquences sur les marchés financiers de ce mécanisme anti-crise que les pays européens ont la volonté de mettre en place.

Une procédure de faillite d'Etat

Conformément à la demande de l'Allemagne, le futur mécanisme implique que les détenteurs privés d'obligations d'Etats de la zone euro en difficulté puissent perdre de l'argent via une procédure de restructuration des dettes publiques. Il s'agit de mettre en place une sorte de procédure de faillite d'Etat, même si Berlin se garde d'utiliser ce terme.

L'Allemagne défend cette idée en faisant valoir qu'il ne faut plus à l'avenir que seuls les autres Etats de la zone euro, et donc les contribuables, payent en cas de nouvelle crise comparable à celle qui a secoué la Grèce au printemps.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

M. Trichet, lui, fait valoir que le nouveau mécanisme pourrait faire s'emballer les marchés de la dette publique, au détriment des pays les plus fragiles, selon des propos rapportés par les médias.

L'Union monétaire, « ce n'est pas non plus un système de répartition des pays riches vers les pays les plus pauvres », a encore déclaré M. Schäuble. Pour le ministre allemand, « les investisseurs privés et les marchés ne doivent plus s'attendre à un sauvetage par les contribuables européens, ce qui encourage les comportements d'endettement et d'investissement irresponsable ».