Le secrétaire d'Etat chargé de l'Emploi Laurent Wauquiez a prévenu jeudi qu'il serait "impitoyable" envers les "mercenaires" qui créent des structures de services à la personne (ménage, garde d'enfants, etc.) pour empocher les aides publiques avant de mettre la clé sous la porte.

Le secteur des services à la personne bénéficie d'exonérations fiscales et sociales accordées aux employeurs (particuliers-employeurs, entreprises, associations, etc.), instaurées par le plan Borloo pour développer le secteur.

« Attention à ce qu'on ne fragilise pas la crédibilité du secteur avec un certain nombre de mercenaires, très minoritaires, qui (...) profiteraient de un à deux ans d'activité, pour ensuite mettre la clé sous la porte et repartir », a déclaré Laurent Wauquiez à l'ouverture des 2e rencontres parlementaires sur les services à la personne, jeudi à Paris.

Le secrétaire d'Etat a affirmé que les aides publiques étaient « faites pour inscrire le secteur dans la durée », mais pas « pour des gens qui passent, empochent le pactole et repartent ».

« On a quelques alertes, très minoritaires, sur un certain nombre d'organismes, nettement identifiés, et sur lesquels je serai impitoyable », a-t-il ajouté.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Selon la Cour des Comptes, l'effort financier public de l'Etat et de la Sécurité sociale en faveur des services à la personne a atteint en 2009 près de 6,6 milliards d'euros sous la forme d'exonérations fiscales et sociales bénéficiant à 3,4 millions de particuliers employeurs, à environ 7.000 associations et 4.700 entreprises agréées.

« On ne joue pas avec les services à la personne, et on ne joue pas avec les espoirs que porte ce secteur », a insisté M. Wauquiez.

Dans son rapport annuel, la cour des comptes estimait que les pouvoirs publics n'avaient « pas fait un choix clair entre deux objectifs: cibler les aides sur les personnes les plus vulnérables ou rechercher à tout prix la création d'emplois, fût-ce en accordant des exonérations fiscales et sociales à des catégories de particuliers employeurs et à des entreprises auxquelles elles procurent un effet d'aubaine ».