D'après le bilan annuel publié par la Banque de France, la médiation bancaire a enregistré en 2008 28.724 plaintes de particuliers mécontents de la gestion de leur banque. Un chiffre en augmentation de 15,7% par rapport à 2007.

Ce boom des plaintes s'explique en partie par la crise financière, mais surtout par l'extension du domaine de compétence des médiateurs bancaires.

Mise en place en 2001, suite à une loi sur la protection des consommateurs, la médiation bancaire ne recueille en effet les litiges concernant les crédits (à l'exception de l'octroi ou non par la banque d'un crédit) que depuis 2008.

Le crédit, principale cause de litige

La gestion des opérations de crédit constitue d'ailleurs la principale cause de litige (23% des cas), suivie de près par le fonctionnement du compte de dépôt (22%).

Les clients protestent également contre la tarification des banques (15% des cas), et également contre les moyens de paiement (14% des cas), comme les chèques et les cartes de crédit. Les placements financiers et boursiers représentent 9% des cas, les produits d'épargne 6% et les contrats d'assurance 3%.

Les banques confortées dans plus de la moitié des cas

En 2008, les médiateurs ont donné raison dans 53% des cas aux banques, et non pas aux clients mécontents. Ce taux est en légère progression sur 2007 (52%). Seules 30% des requêtes ont abouti à une décision totalement favorable au client, et 17% à une décision partiellement favorable.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Les avis du médiateur sont appliqués dans 9 cas sur 10 par les parties. Si le client ou la banque concernée ne sont pas d'accord avec l'avis du médiateur, il leur reste alors la possibilité de faire d'entamer une procédure judiciaire.