Le Premier ministre, François Fillon, a estimé mercredi que l'objectif d'une croissance de 2,5% par an de 2011 à 2013, sur laquelle la France mise pour réduire fortement son déficit public, était "parfaitement atteignable".

Dans les prévisions transmises lundi à la Commission européenne, le gouvernement s'engage à réduire le déficit public français (Etat, comptes sociaux, collectivités locales) de 8,2% du produit intérieur brut (PIB) cette année à 3% en 2013.

"Nous nous sommes engagés à atteindre ces résultats si nous avons 2,5% de croissance (...) Si la croissance est un peu plus faible, on mettra un peu plus de temps à réduire les déficits", a souligné M. Fillon sur Europe 1.

"Mais avec la reprise de l'économie mondiale et les mesures qu'on est en train de prendre", en matière de politique industrielle ou de fiscalité sur les entreprises, "2,5% de croissance est un objectif parfaitement atteignable", a assuré le Premier ministre, sans plus de précision.

Le scénario présenté à Bruxelles par le gouvernement repose sur le retour d'une croissance forte et soutenue dès 2011. Or la plupart des institutions internationales ne sont pas si optimistes: le Fonds monétaire international (FMI) s'attend à une croissance de 1,7% en France l'an prochain, tandis que la Commission européenne, chargée d'évaluer la crédibilité du scénario français, tablait en novembre sur 1,5%.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Surtout, s'il est possible pour la France d'atteindre une croissance de 2,5% sur une année, beaucoup d'économistes doutent de sa capacité à renouveler une telle performance trois ans de suite.