La location de voiture peut réserver des surprises aux conducteurs, notamment en cas d'amende. Le client doit évidemment payer celle-ci, mais également souvent des frais de dossier, dont le montant peut s'avérer plus élevé que la contravention en elle-même. Les tarifs sont encore pires à l'étranger.

Louer une voiture pendant ses vacances est bien pratique, mais les locataires n'ont pas toujours conscience de certains frais. C'est notamment le cas des frais de dossier (ou frais de traitement) qui sont prélevés en cas d'amende. Ces derniers sont parfois plus élevés que la contravention elle-même, rapporte Capital.

Ils sont de plus rarement mis en avant par les loueurs. « Certains les affichent clairement dans leurs conditions générales de vente, d'autres précisent que ces frais sont consultables en agence », explique Salim Harrouche, fondateur du comparateur Ma-Location-Voiture.com. Des conditions de location qui ne sont souvent pas lues.

Des montants parfois élevés

La plupart du temps, ces frais sont directement prélevés sur le compte bancaire du client. Leur débit peut apparaître longtemps après la contravention, qui met elle-même parfois du temps à arriver. Résultat : c'est souvent la mauvaise surprise pour les locataires, qui interrogent alors l'agence de location sur ce prélèvement.

Le montant de ces frais passe également mal. « Il n'y a pas de cadre réglementaire, chaque loueur fixe librement le montant de ses frais administratifs », explique Salim Harrouche. Thrifty, filiale d'Hertz, les a fixés à 20 euros. Chez Budget ils s'élèvent à 42 euros et montent à 45 euros chez Avis ou Europcar. Ces frais administratifs sont évidemment multipliés par le nombre d'amendes reçues.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Attention à l'étranger

Le loueur Sixt, qui ponctionne 29 euros de frais de dossier par amende, explique volontiers ce montant. « Nous recevons des courriers différents selon l'autorité ou le type d'infraction », précise l'entreprise, qui ne peut donc pas automatiser le traitement. « Dans la majorité des cas, les données doivent être examinées individuellement. »

Prudence également du côté des loueurs de véhicules entre particuliers : des frais de dossier, certes moins importants, y sont aussi imposés. Attention surtout aux amendes dans les pays étrangers, qui peuvent avoir une législation routière différente : zones à trafic limité en Italie, enregistrement d'un véhicule en Belgique... Se renseigner en amont évite souvent bien des déconvenues.