Les étudiants pourraient bénéficier prochainement de tickets restaurant. Chaque titre aurait une valeur d'environ 6,60 euros. L'étudiant n'aurait que la moitié à régler.

Les parlementaires poussent à la création d’un « ticket restaurant étudiant ». Récemment la députée Les Républicains (LR) Anne-Laure Blin, soutenue par une soixantaine de collègues, a déposé une proposition de loi en ce sens afin de permettre à tous les étudiants, qu’ils soient boursiers ou non, d'acheter des tickets restaurant d’une valeur de 6 ou 7 euros au tarif social étudiant. Le reste à charge pour eux serait de 3,30 euros. De son côté, l'Etat complèterait le reste comme le font aujourd’hui les entreprises.

« Les tickets restaurant permettraient aux étudiants de faire des courses en bénéficiant d’un tarif avantageux et de cuisiner chez eux », explique Anne-Laure Blin. Ils pourraient être utilisés au Crous, dans les restaurants et les supermarchés si ces derniers ont signé une convention avec le Crous émetteur du ticket.

Cette initiative des membres de l’Assemblée nationale n’est pas isolée. Lundi, c’était au tour du Sénat d’entrer en scène. Le sénateur centriste Pierre-Antoine Levi a déposé une proposition de loi, cosignée par 79 de ses collègues de différents bords, visant à créer un « ticket restaurant étudiant ». Comme au restaurant universitaire, l’étudiant paierait une partie et l’Etat complèterait. Semblable au titre-restaurant des salariés, ce ticket restaurant serait acheté par l’étudiant auprès des Crous au tarif social étudiant (3,30 euros, prix d’un repas complet pour l’étudiant au restaurant universitaire), et aurait une valeur du double (6,60 euros).

L’étudiant pourrait l’utiliser pour payer un repas dans un restaurant ou pour faire ses courses. Les conditions d’utilisation seraient définies par décret. « L’objectif de ce dispositif social est de permettre aux étudiants de réduire les dépenses alimentaires », indique l’auteur de la proposition de loi dans l’exposé des motifs. Le texte pourrait être examiné en juin.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Du côté des émetteurs de titres restaurant, Endenred dit soutenir l'initiative mais fait remarquer que des solutions similaires sont en place : « L’idée est bonne mais il se trouve qu’un tel dispositif existe déjà et est déjà opéré par Edenred à travers sa solution Ticket Service® : un titre papier qui permet d’acheter des biens de première nécessité dont de l’alimentation. En 2020, Edenred a répondu à la sollicitation du ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) pour déployer un programme d’aide d’urgence à destination exclusive des étudiants en situation de détresse, financé par le MESRI. Ces titres sociaux ont été distribués sur le terrain via les Crous et les universités/écoles supérieures. » Selon l'entreprise, interrogée par MoneyVox, dans ce contexte mieux vaut « ne pas multiplier les solutions disponibles ».

Depuis le mois de septembre, le gouvernement a pris différentes mesures pour lutter contre la précarité des étudiants, population particulièrement touchée par la crise sanitaire. Il avait par exemple d’abord annoncé que les repas seraient à un euro dans les restaurants universitaires pour les boursiers puis a étendu la mesure à tous les étudiants, pour deux repas par jour.