Hôpitaux sous pression, élection et réformes reportées, économie en berne : la France a été secouée en 2020 par la pandémie de Covid-19 et de vifs débats et mouvements sociaux sur les violences policières et les libertés publiques.

Décès de Cédric Chouviat

Le 3 janvier, Cédric Chouviat, un livreur de 42 ans, est victime d'un malaise cardiaque à Paris après avoir été plaqué au sol par trois policiers au terme d'un contrôle routier tendu.

Il décède deux jours plus tard des suites d'une asphyxie « avec fracture du larynx ». Deux policiers sont mis en examen le 8 juillet pour « homicide involontaire », la victime ayant dit à sept reprises qu'elle « étouffait ».

Déjà au cœur du mouvement des « gilets jaunes » en 2019, la question des violences policières va agiter le débat public tout au long de l'année.

Réforme des retraites

Le 9 janvier, entre 452.000 (police) et 1,7 million de personnes (CGT) manifestent contre une réforme des retraites visant notamment à créer un « système universel » par points, contre laquelle agents de la RATP ou avocats mènent une grève très dure.

Quelque 22.000 amendements au projet de loi sont déposés - un record sous cette législature.

Face à la fronde, le Premier ministre Edouard Philippe a recours au 49-3 et, le 3 mars, le projet de réforme est adopté.

Mais le début du confinement, le 17 mars, marque la suspension de la réforme, comme celle de l'assurance chômage, également critiquée.

L'hôpital sous pression

Le 14 janvier, plus de 1.100 médecins hospitaliers s'engagent à démissionner de leurs fonctions administratives si la ministre de la Santé Agnès Buzyn n'ouvre pas de négociations sur le budget de l'hôpital et les salaires.

Cinq mois plus tard, alors que le secteur est très ébranlé par la pandémie de Covid-19, Edouard Philippe promet des « investissements massifs » et annonce un « Ségur de la Santé ».

Le 9 juillet, après sept semaines de discussions, le nouveau ministre de la Santé Olivier Véran et les syndicats parviennent à un projet d'accord sur la répartition de 7,5 milliards d'euros promis aux salariés des hôpitaux.

Académie des César : sortie de scène

Le 13 février, la direction de l'Académie des César, accusée d'opacité et d'entre-soi, démissionne en bloc à seulement deux semaines de la « grande fête » annuelle du cinéma.

Lors de la cérémonie, Roman Polanski, visé par des accusations de viol, reçoit le César du meilleur réalisateur pour son film « J'accuse ». L'actrice Adèle Haenel quitte la salle en lançant « Bravo la pédophilie ! ».

Fin septembre, une nouvelle Académie exclut les membres de droit comme l'était Polanski au profit de 164 personnes élues.

Premier mort du Covid-19 en France

Le 15 février, un touriste chinois meurt à Paris du Covid-19 : c'est le premier décès lié à ce virus signalé hors d'Asie.

Le lendemain, la ministre de la Santé Agnès Buzyn démissionne pour être candidate à la mairie de Paris après l'abandon de Benjamin Griveaux touché par un scandale sexuel. Olivier Véran la remplace.

Restaurants, bars et cinémas ferment le 14 mars, crèches, écoles et universités deux jours plus tard. Le premier tour des élections municipales, maintenu le 15 mars, enregistre une abstention record. Le second tour est reporté au 28 juin et marqué par une forte poussée des écologistes.

La France confinée

Le 17 mars la France entame son premier confinement, assoupli le 11 mai et levé partout le 14 juin.

Le PIB chute de 5,9% au premier trimestre et le gouvernement lance un plan d'urgence de 100 milliards d'euros pour les entreprises, où les plans sociaux s'accumulent. Plus d'1,6 million de salariés sont en chômage partiel, les précaires s'enfoncent dans la pauvreté.

Manifestations contre les violences policières

Les 2 et 13 juin, en écho aux manifestations antiracistes qui secouent les Etats-Unis après la mort de l'Afro-américain George Floyd, un appel à manifester contre les violences policières est lancé par le comité de soutien à la famille d'Adama Traoré, jeune homme noir mort en 2016 après son interpellation par les gendarmes.

Malgré le confinement, 15.000 à 20.000 personnes se rassemblent à Paris.

Le 8 juin, Emmanuel Macron demande au gouvernement « d'accélérer » ses propositions pour améliorer la déontologie des forces de l'ordre et à la garde des Sceaux de se pencher sur l'affaire Traoré, sur laquelle des expertises se contredisent. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner assure d'une « tolérance zéro » à l'égard du racisme parmi les forces de l'ordre.

Début octobre, le parquet de Bobigny réclame un procès aux assises pour trois policiers soupçonnés de « violences volontaires » lors de l'interpellation de Théo Luhaka, handicapé à vie après avoir été blessé au niveau de la zone anale par un coup de matraque télescopique lors d'un contrôle à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) en 2017 et devenu un symbole des violences policières.

La Défenseure des droits Claire Hédon réclame aussi des « poursuites disciplinaires ».

Fillon condamné

Le 29 juin, l'ancien Premier ministre François Fillon est condamné à cinq ans de prison, dont deux ferme, dans l'affaire des emplois fictifs de son épouse Penelope qui avait fait dérailler sa campagne présidentielle en 2017.

Le tribunal assortit la peine d'une amende de 375.000 euros et de dix ans d'inéligibilité, mais sans mandat de dépôt.

Penelope Fillon est condamnée à trois ans de prison avec sursis, 375.000 euros d'amende et deux ans d'inéligibilité.

Le couple fait appel.

Remaniement

Le 3 juillet, Emmanuel Macron remplace à Matignon Edouard Philippe, élu maire du Havre, par Jean Castex, 55 ans.

La liste complète du gouvernement n'est annoncée que le 26 juillet. Les choix de Gérald Darmanin pour le portefeuille de l'Intérieur et de l'avocat Eric Dupond-Moretti pour la Justice suscitent la colère des associations féministes.

Le 28, M. Darmanin choque les proches de M. Chouviat en déclarant : « Quand j'entends le mot violences policières, personnellement, je m'étouffe ».

Fourniret et le mystère Estelle

Le tueur en série Michel Fourniret a enlevé, séquestré, violé et tué Estelle Mouzin, alors âgée de 9 ans, dans une maison familiale désertée des Ardennes, déclare le 22 août son ex-épouse Monique Olivier, relançant l'espoir de retrouver le corps de la fillette dont la disparition en 2003 n'avait jamais été élucidée.

L'ADN d'Estelle est retrouvé sur un matelas, mais les fouilles restent infructueuses.

- Procès Charlie -

Le 2 septembre, s'ouvre le procès des attentats contre Charlie Hebdo, des policiers et une supérette juive, qui avaient fait au total 17 morts en 2015.

A cette occasion, l'hebdomadaire satirique republie les caricatures de Mahomet qui en avaient fait la cible des jihadistes.

Le 25, une attaque au hachoir par un assaillant pakistanais fait deux blessés graves près des anciens locaux parisiens de Charlie Hebdo.

Le nouveau coronavirus atteint tour à tour plusieurs des 14 prévenus, dont trois sont jugés par défaut, et ralentit considérablement le cours du procès. L'accusation réclame la perpétuité pour deux « complices présumés ».

Inondations

Le 2 octobre, des pluies torrentielles dans l'arrière-pays niçois font au moins neuf morts et neuf disparus et provoquent des dégâts considérables dans la région.

Otage française libérée

Dernier otage français dans le monde, l'humanitaire Sophie Pétronin, 75 ans, est libérée le 8 octobre, près de quatre ans après avoir été enlevée par des jihadistes au Mali. Elle rentre en France le 9.

Un professeur décapité

Le 16 octobre, Samuel Paty, 47 ans, un professeur d'histoire qui avait montré des caricatures de Mahomet en cours et était l'objet d'un harcèlement en ligne pour cela, est décapité en pleine rue, à Conflans-Sainte-Honorine, par un jeune Russe Tchétchène radicalisé. Un hommage national lui est rendu. Quatorze personnes, dont un parent d'élève et six collégiens, sont poursuivies.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Le 29 octobre à Nice, un Tunisien tue au couteau deux fidèles et le sacristain de la basilique de Notre-Dame-de-l'Assomption, avant d'être grièvement blessé par des policiers municipaux.

Le gouvernement présente en décembre un projet de loi contre « l'idéologie pernicieuse de l'islamisme radical » et la haine en ligne, sans reprendre l'expression très controversée de « séparatisme islamiste » employée début octobre par Emmanuel Macron.

Un reconfinement et 50.000 morts

Face à une deuxième vague épidémique, un nouveau confinement est décrété le 30 octobre, les écoles restant cette fois ouvertes.

Alors que la France franchit la barre des 50.000 décès dus au Covid-19, les commerces « non-essentiels » rouvrent le 28 novembre.

Mais le niveau de contamination reste élevé et le déconfinement, fixé au 15 décembre, s'accompagne de restrictions plus importantes qu'initialement prévu.

Restaurants, musées, cinémas, théâtres désespèrent de ne pas pouvoir ouvrir pour les fêtes de fin d'année.

Après six mois d'auditions, une commission d'enquête parlementaire conclut à l'unanimité - moins les voix des députés LREM qui s'abstiennent - à un « pilotage défaillant de la crise » sanitaire par le gouvernement.

- Crise autour de la loi sécurité globale -

Le 20 novembre, les députés votent dans un climat tendu l'article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale. Vivement contesté par les journalistes et les défenseurs des libertés publiques, il prévoit notamment de pénaliser l'usage « malveillant » d'images des forces de l'ordre.

Les vidéos, diffusées sur les réseaux sociaux, de l'évacuation violente d'un camp de migrants à Paris, puis du tabassage par des policiers de Michel Zecler, un producteur de musique noir, suscitent émoi et colère et renforcent l'opposition au texte.

Dans cette dernière affaire, Gérald Darmanin reconnaît « des violences inacceptables », tandis qu'Emmanuel Macron dénonce « des images qui nous font honte ». Les quatre policiers sont mis en examen et deux d'entre eux écroués.

Le 28, une « marche des libertés », émaillée de violences contre des policiers, rassemble 133.000 à 500.000 personnes en France.

Une « nouvelle écriture complète » de l'article controversé, pourtant déjà voté, est décidée.

Le 4 décembre, Emmanuel Macron annonce pour janvier la tenue d'un « Beauvau de la sécurité » réunissant représentants des forces de l'ordre, élus et citoyens.

Affaire Daval : épilogue

Jonathann Daval, 36 ans, est condamné le 21 novembre par la cour d'assises de la Haute-Saône à 25 ans de prison pour le meurtre en 2017 de sa femme Alexia, à l'issue d'un procès hyper médiatisé. Le visage éploré du mari avait ému les Français, avant qu'il n'avoue avoir étranglé son épouse.

Sarkozy devant la justice

Le 23 novembre, débute le procès de l'affaire dite des « écoutes », dans laquelle Nicolas Sarkozy est soupçonné d'avoir promis un avancement au haut magistrat Gilbert Azibert en échange d'informations.

C'est la première fois dans l'histoire de l'après-guerre qu'un ancien président français est jugé pour corruption.

Le procureur requiert quatre ans de prison, dont deux ferme, tandis que la défense plaide la relaxe face à « un désert de preuves ».

Pédophilie : un procès hors normes

Le 3 décembre, l'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec, 70 ans, est condamné à 15 ans de réclusion criminelle aux assises de Charente-Maritime pour abus sexuels sur quatre mineures dans le premier volet d'une affaire de pédophilie hors normes. Il fait appel.

Quelque 312 autres victimes potentielles du médecin, arrêté en 2017, sont concernées par une deuxième procédure.