Le groupe de télécoms Orange a annoncé lundi le renouvellement de son comité exécutif avec l'entrée de sept nouveaux membres et le départ de quatre dirigeants, parmi lesquels le directeur général délégué Pierre Louette. Un « professionnel expérimenté du secteur bancaire et financier », nommé dans les prochaines semaines, va prendre en charge le développement d'Orange Bank.

Le renouvellement du comité exécutif du groupe avait été annoncé par le PDG d'Orange, Stéphane Richard, lors de la présentation des résultats annuels le 21 février. Il avait évoqué à l'époque une volonté de féminiser la direction et d'y intégrer des personnes issues des filiales internationales de l'opérateur.

Le nouveau comité exécutif intègre ainsi notamment Alioune Ndiaye, patron de la filiale ivoirienne du groupe, qui vient prendre la direction générale d'Orange Afrique et Moyen-Orient en lieu et place de Bruno Mettling, nouveau président non-exécutif de l'entité. Le directeur général d'Orange Espagne, Laurent Paillassot, devient pour sa part directeur général adjoint du groupe.

Nomination « dans les prochaines semaines » pour Orange Bank

Parmi les femmes, Valérie Le Boulanger, qui prendre la tête des ressources humaines, rejoint Fabienne Dulac, directrice générale d'Orange France, Marie-Noëlle Jégo-Lavaissière, qui devient directrice générale adjointe en plus de ses responsabilités actuelles pour la technologie et l'innovation, Christine Albanel, toujours à la tête de la Fondation Orange et Béatrice Mandine, à la tête de la communication. Autre touche internationale du groupe, le Suisse Helmut Reisinger remplace Thierry Bonhomme à la tête d'Orange Business Services.

Le comité directeur devrait intégrer « dans les prochaines semaines » une quinzième personne, « professionnel expérimenté du secteur bancaire et financier » selon un communiqué, afin de prendre en charge le développement d'Orange Bank et Orange Money.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Vers un 3e mandat pour Stéphane Richard

Renouvelé le 20 février en tant qu'administrateur du groupe par le conseil d'administration, première étape essentielle avant un vote de l'assemblée générale pour lui confier un troisième mandat, Stéphane Richard avait assuré vouloir se reposer sur une équipe renouvelée pour les années à venir.

La décision des actionnaires interviendra le 4 mai prochain mais devrait être une simple formalité pour Stéphane Richard, qui dispose du soutien tant du premier actionnaire, l'Etat, qui détient un peu plus de 23% du capital, que du deuxième, les salariés d'Orange, qui contrôlent 5,3% des parts.