La Poste, qui cherche des relais de croissance face à la baisse des envois de courrier, « étudie la possibilité » d'offrir un service payant d'aide à la télédéclaration d'impôts pour les contribuables réfractaires à internet, a-t-elle indiqué mardi.

Selon la Poste, ce sont les 900 « facteurs service expert » qui pourraient réaliser ce service. La prestation serait facturée au contribuable aidé, à un niveau qui « à ce stade n'est pas défini » selon la Poste. Mais le syndicat Sud a de son côté assuré que le prix envisagé était de 50 euros, pour une prestation de 45 minutes environ.

« La Poste essaie ainsi de répéter l'expérience de l'épreuve du code (de la route) qui a remporté un certain succès, tarifée 30 euros alors que la prestation rendue par les préfectures est gratuite », a regretté le syndicat dans un communiqué. Les postiers pourtant sont bien « occupés » déjà, « alors que la qualité de service est dégradée, que les réclamations se multiplient et que la souffrance au travail à la Poste reste préoccupante comme en témoigne cette années encore les mauvais chiffres de l'accidentologie », a poursuivi le syndicat. Et « surtout, pourquoi les services de finances publiques (...) ne disposent pas des moyens adéquats pour accompagner la mutation vers le numérique ? C'est là que se trouvent les compétences et le conseil auprès des contribuables », a-t-il ajouté.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Le passage à la télédéclaration est obligatoire à compter de 2018 pour les contribuables dont le revenu fiscal de référence de 2016 était supérieur à 16.000 euros, a rappelé la Poste.