L'assureur français Axa a vu son bénéfice net semestriel progresser de 2% à 3,3 milliards d'euros, grâce à une meilleure rentabilité de ses activités, selon un communiqué publié jeudi.

Ce résultat est supérieur aux attentes des analystes qui tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 3,13 milliards d'euros, selon un consensus réalisé par le fournisseur de données Factset. Sur les six premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires s'affiche pour sa part stable à 54,28 milliards d'euros.

Dans le détail, si les revenus stagnent en vie, épargne, retraite (à 31,11 milliards d'euros) ils augmentent en assurance dommages (+1% à 20,98 milliards d'euros) et dans la gestion d'actifs (+8% à 1,94 milliard d'euros). En revanche, ils reculent nettement dans les activités bancaires (-19% à 240 millions d'euros). Le résultat opérationnel, indicateur de la rentabilité d'une entreprise, progresse de 4% à 3,17 milliards d'euros.

Hausse des commissions sur les UC

En vie, épargne et retraite, il profite notamment d'une « bonne performance en Asie (+24%), en Suisse (+4%) et en France (+3%) », a détaillé Gérald Harlin, directeur financier du groupe, lors d'une conférence téléphonique. Il bénéficie d'une hausse des commissions de gestion des contrats en unités de compte, ainsi que d'une amélioration de la marge sur les contrats épargne-retraite en unités de compte.

Dans l'assurance de biens et de personnes, le résultat opérationnel gagne 6%, tiré par un fort redressement en Belgique (+47%), en Allemagne (+18%) et en France (+7%). Ceci se répercute sur le ratio net combiné, indicateur rapportant le coût des sinistres et les frais généraux aux primes perçues.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Ce ratio, qui témoigne de la rentabilité d'un assureur lorsqu'il s'affiche en-deçà de 100%, s'établit à 96,1%, en baisse de 0,3 point. Au niveau de la gestion d'actifs, les revenus ont augmenté de 6% à 1,94 milliard d'euros, tandis que la collecte nette ressortait pratiquement nulle (+0,3 milliard d'euros), en raison d'une forte décollecte en Asie liée à un changement réglementaire.