La France et l'Allemagne ont pressé mardi Bruxelles d'adopter « extrêmement rapidement » ses propositions pour lutter contre le financement du terrorisme, au terme du conseil économique et financier franco-allemand qui s'est tenu à Paris.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

« Un seul mot d'ordre : que les propositions (faites il y a une semaine par la Commission européenne) soient extrêmement rapidement adoptées », a déclaré le ministre français des Finances, Michel Sapin, lors de la conférence de presse au terme du conseil, qui a également appelé Bruxelles à aller vite sur la lutte contre l'optimisation fiscale. « Il faut aller vite », a affirmé le ministre français, saluant la récente décision de la Commission européenne de déclarer la guerre à l'optimisation fiscale des multinationales.

La Commission européenne a lancé mardi dernier son « plan d'action » contre le financement du terrorisme, ardemment réclamé par la France après la vague d'attentats qui a frappé Paris en 2015. Le « plan d'action » comprend deux volets, l'un s'attaquant aux transactions - afin que l'argent n'arrive pas dans les poches des terroristes - l'autre ayant pour objectif d'assécher les sources de financement.