Lors du discours de clôture du 76e congrès de l'Union sociale de l'habitat (USH) qui a réuni quelque 750 bailleurs sociaux à Montpellier, le président François Hollande a annoncé jeudi que l'APL accession, une aide aux ménages accédant à la propriété qui était en sursis, serait maintenue, et que le Prêt à taux zéro (PTZ) sur l'ancien serait « élargi et simplifié ».

Il était prévu que l'APL accession, versée aux ménages modestes qui accèdent à la propriété soit fortement restreinte à compter du 1er janvier 2016, ce qui suscitait une forte inquiétude dans le secteur de la construction.

Il y a quelques jours la Cour des comptes avait de son côté estimé que l'aide personnelle à l'accession, semblait « répondre de moins en moins aux besoins des ménages accédants ». Toutefois, selon les professionnels, cette aide de l'Etat est souvent décisive pour les ménages, notamment modestes, qui obtiennent un crédit immobilier auprès des banques, et sa quasi-disparition aurait eu un effet couperet sur l'activité du secteur du bâtiment.

Pour les ménages primo-accédants, souvent modestes, qui empruntent 130.000 euros sur 30 ans, l'APL accession représente une aide de 150 euros, à soustraire d'une mensualité de remboursement de crédit allant de 620 à 650 euros, selon le Crédit foncier.

Le PTZ « élargi et simplifié »

Quant au Prêt à taux zéro, le président a affirmé qu'il serait « élargi et simplifié », sans davantage de précisions. Le ministère du Logement a précisé qu'il s'agissait du PTZ réservé à l'immobilier ancien, avec travaux.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Les promoteurs, en particulier les constructeurs de maisons individuelles, ont vu leur activité redémarrer nettement ces derniers mois grâce à un premier assouplissement des critères d'octroi en octobre 2014, du PTZ+, réservé, sous conditions, à l'achat immobilier neuf et à l'achat dans l'ancien avec travaux.