François Hollande a assuré lundi que la croissance de l'économie française atteindrait « sûrement un peu plus de 1% » en 2015 et « 1,5% en 2016 », mais a reconnu que cela ne serait « pas suffisant pour faire baisser le chômage » dès cette année.

« La croissance, elle reprend, pas suffisamment, mais nous aurons sûrement un peu plus de 1% de croissance cette année », a déclaré le chef de l'Etat lors de sa conférence de presse à l'Elysée. « Ce n'est pas encore suffisant pour faire baisser le chômage cette année », a-t-il admis.

En 2016, la croissance « pourrait être de 1,5% », a par ailleurs précisé François Hollande. « C'est l'objectif que nous nous sommes fixés. Il est raisonnable. Nous pouvons éventuellement faire plus mais je dois faire en sorte que les prévisions correspondent à ce que peut être l'estimation de la réalité », a-t-il ajouté.

Croissance nulle au 2e trimestre

La France a enregistré au deuxième trimestre une croissance nulle de son produit intérieur brut (PIB), après une hausse de 0,7% au premier trimestre. Malgré ce coup d'arrêt, l'acquis de croissance reste néanmoins de 0,8% pour 2015, si les deux prochains trimestres enregistrent également une croissance nulle.

Le chef de l'Etat a précisé lundi que les baisses d'impôts annoncées pour 2016 n'alourdiraient pas le déficit public. Cette réduction « sera financée par des économies. Il ne peut pas être question d'augmenter des taxes pour faire baisser les impots », et « il ne peut pas être question d'augmenter le déficit », a-t-il ajouté.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Le gouvernement a fixé la réduction du déficit public à 3,3% du produit intérieur brut (PIB) en 2016. « Ma responsabilité », c'est « qu'en 2017, on soit au dessous de 3% », a souligné François Hollande.