L'ancien secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant a affirmé jeudi devant le tribunal correctionnel de Paris que c'était le président Nicolas Sarkozy qui avait proposé la nomination de François Pérol à la tête du groupe bancaire BPCE.

« C'est le président de la République qui a proposé le nom de Pérol », a expliqué Claude Guéant en précisant qu'il revenait ensuite aux conseils d'administration de la Banque populaire et de la Caisse d'épargne d'avaliser ou non ce choix, ce qu'ils ont fait dans les jours suivants.

François Pérol est jugé pour prise illégale d'intérêts pour avoir accepté en février 2009 de prendre la tête du groupe issu du mariage entre la banque populaire et la caisse d'épargne (BPCE) alors qu'il avait suivi cette fusion à l'Elysée.

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a toujours affirmé « ne pas être sorti du cadre de (ses) fonctions » et n'avoir joué qu'un rôle « d'information » sur le projet de fusion auprès du président Nicolas Sarkozy. « L'idée que le président de la République peut faire ou défaire des présidents de banque privée est une idée fausse », avait claironné dans la presse son avocat, Me Pierre Cornut-Gentille.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Interrogé sur le projet de fusion, Claude Guéant, cité comme témoin par les parties civiles, a confirmé que le président Sarkozy suivait avec intérêt ce dossier. « Ca ne le laissait pas indifférent. Il a considéré que le sujet méritait son attention active », a-t-il précisé.