La Fédération bancaire française (FBF) a appelé jeudi la future Commission européenne à faire du retour à la croissance sa priorité, après plusieurs années marquées par une vague de nouvelles règles pour le secteur financier.

« Nous avons réfléchi à des propositions avec un fil rouge qui est de remettre le financement de l'économie au cœur de l'agenda européen », a expliqué Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, lors d'une conférence de presse. La fédération a dégagé plusieurs actions à mener, dont l'adoption de mesures en faveur des financements de long terme et d'une titrisation plus sûre, une plus large application des normes comptables IFRS, une meilleure réglementation du système bancaire parallèle et le lancement d'études d'impact sur les réglementations récentes et en cours de discussion.

Concernant ces dernières, la FBF a redit son opposition à la mise en œuvre d'une taxe sur les transactions financières européenne et au projet qui prévoit une séparation des activités jugées à risques des banques, porté par le commissaire européen aux Services financiers sortant, Michel Barnier.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Jean-Claude Juncker a été élu mardi président de la Commission européenne. La composition de son équipe sera connue dans les prochaines semaines. Il a notamment promis un programme d'investissements de 300 milliards d'euros dans les prochaines années. « Cela nous semble être assez cohérent avec ce que nous souhaitons, c'est-à-dire un axe de financement de la croissance qui devient prioritaire », a relevé la directrice générale de la fédération.