La ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l'autonomie Michèle Delaunay a assuré lundi que les 2,4 milliards d'euros de la journée de solidarité allaient « bien en direction des personnes âgées et des handicapés », pour financer des « mesures très concrètes, très utiles ».

Cette journée de travail non rémunérée, qui correspond au lundi de Pentecôte pour 20% des salariés, « rapporte 2,4 milliards par an qui vont, et je m'y engage, bien en direction des personnes âgées et des handicapés », a-t-elle réaffirmé, sur RFI.

Ces fonds « sont bien utilisés de manière favorable » et financent « des mesures très concrètes, très utiles » pour « augmenter le nombre de personnels autour des personnes âgées » ou « contribuer à l'aide à domicile », a-t-elle ajouté. L'utilisation des recettes provenant de la journée de solidarité fait débat depuis sa création, une partie non consommée étant notamment mise en réserve. Mme Delaunay a en outre reconnu que les « aménagements » pour appliquer cette journée ont fait « perdre de la lisibilité » au dispositif.

Créée après la canicule de l'été 2003, cette journée de travail non rémunérée avait initialement été fixée au lundi de Pentecôte mais est depuis 2008 organisée « à la carte », certaines entreprises supprimant un jour de congés ou de RTT et d'autres l'offrant à leurs salariés. « Ce ne sont qu'à peu près 20% des salariés qui travaillent de fait le lundi de Pentecôte donc ça perd de la lisibilité », constate Mme Delaunay, « d'autant plus qu'on peut segmenter ce jour travaillé en faisant 1H de temps en temps ».

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Plus généralement, la ministre a réaffirmé que sa réforme pour améliorer la prise en charge des personnes âgées serait présentée « à la fin de cette année », pour un vote en 2014. « Nous ferons ce grand projet de loi. Nous ne l'annonçons pas tous les trois mois mais nous le ferons », a-t-elle dit. Attendue depuis la canicule meurtrière de 2003, cette réforme avait été promise puis repoussée plusieurs fois sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, pour des raisons budgétaires.