Le président François Hollande a souligné mardi que la garantie des dépôts bancaires, mise à mal à Chypre, devait être « un principe absolu, irrévocable » au sein de la zone euro.

« Nous attachons beaucoup de prix à l'union bancaire, aux mécanismes de la supervision comme au mécanisme de la recapitalisation avec la garantie des dépôts qui doit être un principe absolu, irrévocable » a déclaré le président français lors d'une conférence de presse à l'Élysée, aux côtés du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

La garantie des dépôts est un « principe essentiel dans l'Union bancaire », à savoir que « ceux qui mettent de l'argent dans les banques de la zone euro ont une garantie sur les fonds qui sont déposés », a insisté François Hollande. « C'est un principe qui doit être respecté parce qu'il donne confiance et fonde l'union bancaire et quand il y a une crise, c'est par les mécanismes du MES (Mécanisme européen de stabilité, MES) que le règlement se produit via la recapitalisation ».

Jusqu'à 100 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

La solution retenue de la taxation des dépôts bancaires supérieurs à 100.000 euros à Chypre était toutefois, selon lui, un « traitement qui ne pouvait être qu'exceptionnel, spécifique, unique et qui néanmoins devait être fait ». De la même manière, Mariano Rajoy a souligné que la recapitalisation des banques européennes en difficulté devait « se faire comme prévu à travers le MES », soulignant qu'il ne serait « pas favorables à une directive » européenne qui envisagerait des recapitalisations via les dépôts bancaires des épargnants.